Dovid Feldman, leader du mouvement Netureï Karta International, au lendemain du vote par l’ONU d’une résolution interdisant la construction de colonies juives dans les territoires palestiniens occupés relève qu'«une majorité d'Américains ont appuyé la décision du président Obama de ne pas opposer son veto à la résolution du Conseil de sécurité». Il prédit la fin prochaine du sionisme et souhaite l’établissement d’un Etat palestinien à la place de l’Etat hébreu.

Vous lisez son interview avec Algeriepatriotique

Vous avez organisé une manifestation devant le siège de l'ONU en guise de soutien à la résolution du Conseil de sécurité condamnant les colonies israéliennes dans les territoires occupés. Trouvez-vous cette résolution suffisante pour faire plier l'entité sioniste ?

Nous espérons que cette résolution sera mise en œuvre, ce qui en pratique signifie que des pays du monde entier pourraient imposer des sanctions à l'Etat sioniste jusqu'à ce qu'il change de politique. Ce serait un appel au réveil aux sionistes pour se rendre compte qu'ils ne peuvent pas continuer à faire fi des normes morales de la communauté internationale, tout en continuant à profiter des milliards de dollars d'aide militaire. Nous espérons que ce sera au moins un pas en avant vers une Palestine totalement libre. Bien sûr, toute solution complète devrait prendre en compte tous les droits qui ont été spoliés, rétablir l'harmonie et, en outre, être en accord avec les exigences de la religion juive, qui dit que les juifs ne sont pas autorisés à avoir leur propre Etat.

Plusieurs dizaines de résolutions ont été adoptées et aucune n’a été respectée par les gouvernements israéliens successifs. Qu’est-ce qui pourrait contraindre Tel-Aviv à respecter enfin le droit international ?

L'une des raisons pour lesquelles les sionistes ne respectent pas le droit international est qu'ils savent que cela ne leur coûtera rien. Il y a aussi le fait que les pays qui les soutiennent, comme les Etats-Unis et le Royaume-Uni, ont de grandes populations juives, et beaucoup d'entre eux sont les porte-voix de l’Etat sioniste et sont très actifs en politique. Les politiciens savent que pour être élus et rester au pouvoir, ils doivent être du côté des sionistes. Si nous réussissons à convaincre les juifs que l'Etat sioniste est contre le judaïsme et que ce n’est pas dans leur intérêt de le soutenir, et aussi les pousser à se joindre à ceux qui condamnent déjà les sionistes et disent au monde qu'ils ne représentent pas tous les juifs, je pense qu’à ce moment-là, les politiciens américains se sentiront plus libres de faire pression sur les sionistes pour qu'ils changent de politique.

Certains optimistes pensent que la question palestinienne enregistre des progrès au niveau des instances internationales (ONU, CPI, etc.). Etes-vous de cet avis ?

Oui, comme l'indique les innombrables résolutions de l'Assemblée générale de l’ONU. Et ce vote du Conseil de sécurité, dans lequel même les Etats-Unis ont été plus ou moins passifs, est une étape importante. Avec le temps, le monde est devenu plus conscient de l'histoire de la Palestine, et cela se voit.

Les juifs qui appellent à la disparition d’Israël, Etat artificiel créé par les puissances occidentales, sont-ils nombreux ? Sont-ils organisés ?

Nous et d'autres juifs antisionistes demandons le démantèlement de l'Etat d'Israël, qui sera remplacé par un Etat palestinien. Il y a beaucoup de juifs qui voudront partir volontairement, dans une situation pareille, mais je suis sûr qu'une grande partie de la population juive voudra rester en terre sainte quel que soit le gouvernement qui la dirigera. Il incombera alors aux Palestiniens, en tant qu'habitants originaux de la terre, de décider quelle devrait être la composition de leur Etat, et je suis sûr qu'une solution pacifique pourrait être élaborée avec la communauté mondiale.

Mis à part le mouvement Netureï Karta International, dont vous êtes le leader, existe-t-il d’autres mouvements qui militent contre le sionisme ?

Je suis l'un des porte-parole de mon organisation, pas le chef. Certainement, il y a de nombreux groupes et organisations dans la communauté religieuse juive mondiale qui ne sont pas seulement opposés à Israël, mais se font entendre. Par exemple, les True Torah Jews (les vrais juifs de la torah) qui représentent le mouvement hassidique de Satmar. Ce mouvement compte plus de 200 000 membres dans le monde et a des représentations dans plusieurs pays. En général, la plupart des juifs, traditionnellement orthodoxes, sont opposés au sionisme et refusent de servir dans l'armée israélienne, ne célèbrent pas leur jour d'indépendance et ne hissent pas son drapeau.

Quelle influence exercent-ils sur les populations juives ayant choisi de vivre en Palestine occupée ?

Nos publications, nos discours et notre matériel pédagogique leur parviennent et avec des résultats positifs. Nous le savons grâce aux innombrables lettres de soutien venant des juifs de partout, y compris de Palestine, demandant souvent de l'aide pour localiser d’autres juifs ayant des idées semblables ou pour demander des sources que nous avons publiées.

Lisez l'integralité de sont interview sur Algeriepatriotique

A lire: Iran: Installation d'un tableau de compte à rebours de la destruction d'Israël