Brandon Turbeville est un auteur et écrivain qui habite à Florence, en Caroline du Sud. Il a écrit plus de 550 articles sur des sujets portant sur le Moyen-Orient, Géopolitique, la Syrie, de l'économie et des libertés civiles. Il anime une émission de radio hebdomadaire, Truth on the Tracks, qui peut être écouté sur UCY.TV. Turbeville a été interviewé par un certain nombre de médias dans les médias alternatifs, ainsi que l'indépendant et grand public. Il a été interviewé par PressTV, al-Etejah, FOX, ITAR-TASS, LPR et Sputnik International.Dans cette interview exclusive avec MuslimPress, il fait le point sur le dossier Syrien.

Les pays occidentaux sont-ils responsables de ce qui se passe en Syrie? Ce qui a conduit à la montée de Daesh dans le pays?

Absolument, les pays occidentaux sont responsables de la crise syrienne. En fait, vous ne pouvez pas considérer DAESH comme quelque chose de distinct de la soi-disant «rebelles syriens» ou implication de l'Occident lui-même. L'Occident est directement responsable de DAESH. Il a créé l'organisation, l’a financée, l’a armée, et l’a dirigée pratiquement chaque fois.

Certes les médias occidentaux et les gouvernements occidentaux affirment que l'organisation terroriste vient d'apparaître organiquement de nulle part, mais cela ne pouvait pas être plus éloigné de la vérité que ça ! Puissons-nous vraiment croire que DAESH s’est développée, s’est organisée elle-même, puis ont défilé dans le milieu du désert en convois massifs, sans que personne ne remarque jusqu'à ce qu'il soit trop tard? Vous demandez ce qui a conduit à la montée de DAESH : Les Etats-Unis, l’Otan ! Ceci est d’où les racines de DAESH viennent. Rappelez-vous, DAESH est rien, mais un nom dans une série de changements de nom pour la même organisation terroriste. Ce qui a commencé comme al-Qaïda en Irak, une organisation qui a été certes créé par l'intelligence occidentale à la fin des années 1970, et al-Nusra en Syrie, a donné lieu à une fusion qui a ensuite sous le nom de l'Emirat Islamique d'Irak et du Levant. De IEIL, il est transformé en ISIL et peu après en DAESH. Si les analystes veulent chercher le siège d'DAESH ils regarderaient les capitales occidentales au lieu du désert syrien.

Les pays occidentaux ont aidé les ennemis d'Assad depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011. Comment a-t-il affecté la Syrie et le Moyen-Orient?

Les pays occidentaux non seulement aidé les ennemis d'Assad mais aussi ils ont conçus la crise pour commencer avec. Dès 2007 et même 2005, la presse grande public occidentale a réalisé des rapports exposant un plan par la Maison Blanche pour financer escadrons de la mort, les terroristes et les révolutions de couleur en Syrie. Même plus tôt, le Département d'Etat des Etats-Unis s’est chargé de financement des chaînes de télévision publiques "révolutionnaires" et anti-syriens en Syrie. Ils organisaient les éléments de révolutions de couleur au moment aussi. Tout cela a été effectivement rendu compte dans la presse grand public occidental. La crise en Syrie est une guerre par procuration menée par l'Occident contre le gouvernement syrien. Il n'est pas et ni a jamais été une révolution organique légitime par des Syriens. Il a toujours été une invasion étrangère soutenue par et en grande partie étrangère peuplée.

En ce qui concerne la façon dont la décision de détruire la Syrie a affecté le Moyen-Orient, il doit être compris dans le contexte. Les raisons pour attaquer la Syrie étaient nombreux et largement centrées autour de la géopolitique et le désir de l’hégémonie de U.S./NATO. L'oléoduc convenu par la Syrie et l'Iran, l'élimination d'une voie d'approvisionnement pour le Hezbollah et l'un des derniers avant-postes russes d'influence dans la région étaient toutes raisons de l'agression des Etats-Unis sur la Syrie. L'autre raison sous-jacente pour la déstabilisation était l’éventuelle destruction de l'Iran, lui-même, un tremplin vers la confrontation finale entre les puissances occidentales et la Russie.

Mais vous avez demandé comment cela a affecté la Syrie et au Moyen-Orient. Il suffit de regarder la Syrie pour voir que les politiques occidentales ont abouti à un chaos absolu et la destruction à une échelle inimaginable. Le niveau de vie syriens a été éviscéré, le pays est en guerre à grande échelle. 250.000 personnes, il est estimé, sont morts. Et il n'y a pas que la Syrie. L'Irak a une fois de plus de retour à la guerre à l'intérieur de ses frontières. Le Liban est constamment au bord de la déstabilisation. Israël, bien sûr, est assis content que tous ses ennemis régionaux semblent tomber en morceaux.

D'autre part, l'OTAN encourage la destruction des forces de l'opposition d'Israël et cette destruction a produit  la force de plus en plus de ces Etats, malgré les guerres. L’Iran est plus fort en raison de l'action des Etats-Unis. La Syrie et la Russie sont plus proches. La Syrie et le Hezbollah sont plus proches. La Syrie et l'Irak sont plus proches. L'Irak et la Russie sont plus proches. Nous pourrions continuer ainsi. Si le plan de l'OTAN pour la région échoue, les coûts de l'échec sont immenses car il a essentiellement unifié ses ennemis contre elle et dans les bras de la Russie.

Quelle est la différence entre DAESH et les groupes que les pays occidentaux appellent «rebelles modérés»?

Tous ces groupes ont la même idéologie. Ils veulent tous imposer la charia à un public qui ne la veut pas. Ils tuent tous les civils innocents. Ils torturent, tous. Ils violent, tous. Ils adhèrent tous à une version fanatique de l'Islam. Ils ont tous commi des atrocités. De plus, ils travaillent tous ensemble. Par exemple, le groupe Ahrar al-Sham a travaillé à plusieurs reprises avec al-Nusra, ainsi que d'autres groupes terroristes. Tout sur Ahrar al-Sham, au-delà du nom, est identique à al-Nusra, mais les États-Unis ne le considère pas comme une organisation terroriste.

Pourquoi? Parce que la désignation de certains de ces groupes comme des terroristes et d'autres groupes comme «modérés» est tout à fait politique et sous réserve des objectifs de la coalition de l'OTAN.

Pour être précis, ce type de groupe se battent souvent les uns contre les autres. C'est un phénomène courant, mais qui est aussi la nature du fanatique. Jusqu’à présent, personne n'est pas assez juste pour un fanatique, dans le même temps, le fanatique ne peut jamais considérer son propre comportement terrible comme impie. Ainsi, ils se battent entre eux. Mais, dans l'ensemble, ces fanatiques font tous les combats sous la même bannière que ceux sur le champ de bataille réelle, consient ou pas.

Comment analysez-vous le soutien des États-Unis pour les Kurdes dans la lutte contre DAESH? gouvernement syrien est la plus grande force dans la lutte contre DAESH, pourquoi US ne supporte pas l'armée syrienne?

Il devrait être assez clair maintenant que les Etats-Unis ne supportent pas l'armée syrienne, car ils considèrent l'armée syrienne comme leur ennemi. Le point essentiel de la campagne de déstabilisation de la Syrie était de détruire le gouvernement syrien, dont l'armée syrienne est une partie. En ce qui concerne le soutien des Etats-Unis pour les Kurdes, il est un peu plus complexe. Les États-Unis ont marché sur une ligne fine avec sa connexion publique au GPJ de peur de la colère d’Erdogan au point de non-conformité. Pourtant, la connexion US-GPJ est plus à tirer parti de l'autre groupe distinct en Syrie qui peut être utilisé pour déstabiliser le gouvernement syrien, diviser le peuple syrien, et finalement, réaliser Plan B de John Kerry ou, comme on l'appelle, le plan A de Brzezinski de «fédéralisation» ou «partage». Par cela, je veux dire le concept de création "microétats et ministates" au sein des Etats formellement nationaux. Ces états sont généralement basés sur la race ou la religion ou un autre élément de division de sorte que la nation elle-même est si petit et impuissant qu'il est incapable de tenir tête à des forces extérieures, qu'elles soient des banques, des sociétés, ou d'autres nations. L'idée de créer un Kurdistan de Syrie et de l'Irak fait partie du plan de «balkaniser» la Syrie comme la meilleure option pour la destruction totale du pays et la nomination d'un régime fantoche du point de vue des forces de l'OTAN. Pourtant, il ne faut pas oublier que les Kurdes ont été joués comme des fous par les États-Unis et l'Occident sur un certain nombre d'occasions. Il se peut très bien que les Kurdes seront utilisés comme béliers pour déstabiliser la Syrie et l'Irak. Ainsi, il est également possible que, si les États-Unis doivent renoncer à leur plan ou voir que le plan A sera effectivement se concrétiser, les Kurdes seront supprimés encore une fois.

L’Arabie Saoudite, les Etats-Unis et leurs alliés européens soutiennent encore les soi-disant «rebelles modérés». Quelles seraient les conséquences de cette action dans l'avenir?

Pour les États-Unis et l’Europe, les conséquences sont une perte de crédibilité et de respect dans le monde entier. Mais cette conséquence a déjà largement été réalisé. Ce qui est plus inquiétant, cependant, est la possibilité de cette obsession psychotique de renverser les gouvernements syrien et iranien et le but éventuel de "fédéraliser" La Russie va effectivement conduire à une confrontation entre puissances nucléaires. Tout cela est, bien sûr, en mettant de côté la question morale. La quantité de vies innocentes prises parce que les États-Unis et l'Europe poursuivent leur soutien de terroristes en Syrie et ailleurs sera stupéfiant.

En ce qui concerne l'Arabie Saoudite, la monarchie semble exagérant sa main un peu. Bien qu'il soutenait les terroristes en Syrie et à l'étranger, en se fondant sur ses comptes bancaires seul, les Saoudiens étaient beaucoup plus sûr. Mais maintenant, après avoir tenté de nuire aux exportations de pétrole en Russie en augmentant sa propre production de pétrole, les comptes bancaires ont obtenu beaucoup plus petit. Ajoutez à cela l'expédition Arabie au Yémen et on peut clairement voir que la KSA est rien, mais un tigre de papier. Finalement, je pense, la nature autoritaire de l'Arabie Saoudite à la maison, la production de terroristes pour utilisation à l'étranger, et l'échec militaire au Yémen va prendre son péage et l'Arabie Saoudite seront confrontés à une révolution à l'intérieur de ses propres frontières.

Qu'est-ce que l'Arabie Saoudite et la Turquie veulent en Syrie?

Ils veulent tous les deux la même chose : La destruction du gouvernement Assad et l'expansion de leur propre influence dans toute la région. D'autre part, il y a des différences. Turquie (et par là je veux dire Erdogan et l'oligarchie turque) est plus axé sur l'expansion du territoire turc en Syrie et la recréation de l'Empire ottoman 2.0. Arabie Saoudite, tout intéressé à élargir son influence, est un peu plus intéressé à empêcher l'influence de l'Iran et le croissant chiite.

downloadBrandon Turbeville

L'interview originale