Les responsables israéliens militaires n’ont de mots que pour les armes russes, qui finissent entre les mains du Hezbollah, affaire, présentée comme étant l’une de répercussions les plus graves de l’intervention russe, en Syrie.

***

Généralement, livrée aux médias israéliens par des sources militaires, sous couvert de l’anonymat, cette information a été reprise par un officier supérieur de réserve de l ' armée israélienne, qui en a parlé, ouvertement. «Les armes russes, les plus avancées, dont disposent Moscou, sont, déjà, en possession du Hezbollah», a déclaré le Général de réserve Yaakov Amidror, à la fin de la semaine dernière, alors qu’il s’exprimait, face à un groupe de nouveaux immigrants, lors d’un événement de la Midrasha Sioniste, à Petah Tikvah, rapporte le site français pro - israélien JForum. Selon ce militaire, qui était à la tête du Conseil à la sécurité nationale, il y a deux ans(avant que poste ne soit repris par l’actuel Chef du Mossad, Yossi Cohen), et le conseiller principal de Benyamin Netanyahu, la principale conséquence de la guerre civile syrienne, pour Israël, est l’obtention de ces armes sophistiquées par le Hezbollah. Amidror, rapporte JForum, a, aussi, expliqué le cheminement qu’empruntent ces armes de Russie, jusqu’au Hezbollah. «La Russie s’arrange, pour vendre ces armes avancées aux Syriens, et les Syriens les transfèrent au Hezbollah. Mais les Russes savent, pertinemment, comment cela se passe et quelle est leur destination finale». Il s’agit, selon lui, d’armes de première classe, comme le missile anti - tank " Cornet " et des missiles sol - air, peut - être même, les missiles " Onyx "(ou p - 800 " Yakhont "), ceux que les responsables hauts - gradés qualifient du plus sophistiqu, é au monde. Il est capable de frapper les plates - formes gazières d’Israël et de paralyser les ports d’Ashdod et de Haïfa. «Je ne crois pas que la Russie vende, directement, des armes au Hezbollah; cela irait contre tous les codes de conduite antérieurs de la Russie, et cela irait un peu trop loin», a - t - il, toutefois, tempéré. Dans un souci apparent de ne pas hausser le ton contre la Russie. JForum constate que les militaires israéliens, interrogés sur cette éventualité, préfèrent livrer des " généralités évasives ". Concernant la coopération entre les armées israélienne et russe, sur leurs activités, dans l’espace aérien syrien, Amidror a tenu à insister qu’elle ne constitue pas une «coopération stratégique».