Les frères musulmans sont affolés par la victoire de Donald Trump aux présidentielles américaines. Ils savent, du moins à quoi ils doivent s’attendre, car, pour eux, les projets de Trump sont très clairs. Il a promis de faire passer au Congress la loi qui les classe en tant qu’organisation terroriste. Et il attend que cette loi l’autorise à les attaquer par des frappes là où ils se trouveront.

Mamdouh Al-Muneer, un membre de l’organe suprême du Parti de la liberté et de la justice, a écrit sur les médias sociaux que les résultats des élections sont une catastrophe car un homme « raciste » est monté à la Maison Blanche.

La confrérie des Frères musulmans a été fondée en Egypte, mais a essaimé largement au Moyen-Orient, en Europe, aux Etats-Unis et dans le reste du monde.

Le journal américain, The Washington Beacon, a obtenu des documents déclassifiés, qui prouvent que la Secrétaire d’état Hillary Clinton a soutenu Mohamed Morsi, l’ancien président d’Egypte pour les Frères musulmans. Obama avait invité Morsi à la Maison-Blanche avec d’autres leaders du mouvement. 

En Iran, les dirigeants ont souligné la nécessité de maintenir l’accord nucléaire historique entre l’Iran et les puissances mondiales sur la bonne voie en dépit des critiques sévères de Trump de celui-ci au cours de la campagne. Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a félicité Trump, en disant qu’il a hâte de continuer à soutenir dans la lutte de son pays contre Daesh.

A lire: "Après cette élection, tout est désormais possible. Un monde s'effondre devant nos yeux. Un vertige" dit l'ambassadeur de France aux États-Unis