L’ingérence de la Russie dans l& guerre yéménite n’est pas officiellement confirmé ;cependant de l’intérieur de la maison des Saouds, il y a des nouvelles affirmant cette ingérence.

"Avant qu'il ne soit trop tard, la Russie devrait accepter de négocier avec la plus grande pétromonarchies du golfe. Mais la condition sine qua non sera qu'elle arrête de soutenir Bachar Assad", la collaboration avec l’Arabie Saoudite, fait de la Russie un pays plus fort que l’ex-union soviétique, ce sont des propos de al-Jeir, le 23 juillet dernier, pris pour ‘’une vraie plaisanterie’’ par Seyed Hassan Nasrollah, le secrétaire général du Hezbollah.(le groupe d’allah)

La conscience de l’ingérence progressive de la Russie dans la guerre du Yémén est la raison de cette proposition, voilà une analyse d’un activiste saoudien.

Il a posté un tweet annonçant le déploiement des sous-marins lanceurs de missiles russes dans les eaux de l'Arabie saoudite pour observer la situation du Yémen en proie à une guerre incessante.

M. Modjtahed, connu pour dévoiler les secrets d'Etat du régime saoudien, serait membre de la famille royale. Il a expliqué pourquoi al-Jubeir battait des pieds et des mains pour imposer sa surprenante proposition à la Russie: "Ce qui a poussé le ministre saoudien des Affaires étrangères a proposé à Moscou un morceau des parts du Moyen-Orient, était qu'il détenait des informations précises sur l'ingérence de la Russie au Yémen."