Au Yémen, Riyad se trouve face à un double choix ou alors il devra en finir avec la guerre et annoncé une trêve unilatérale ou alors il devra se tourner vers des intermédiaires pour trouver une solution politique. depuis plus de quatre mois l ' Arabie bombarde sans relâche le Yémen.
***
Des milliers de yéménites ont été tués et mis en errence. mais cette opération très coûteuse ne s ' est pas accompagnée d ' une offensive terrestre à aucun moment. Selon les temoignages l ' action militaire que mène Riyad ne pourra aboutir à une solution. Les saoudiens n ' auront d ' autre choix que de cesser la guerre et annoncer une trêve unilatérale ou alors trouver des intermédiaire en vue de faire passer une solution politique. Certaines sources affirment que lecroi Salman aurait évoqué dès le sixième jour des raids aériens contre le Yémen des conditions pour mettre un terme à la tuerie: le retour de l ex gouvernement le désarmement des forces yéménites, la reprise du dialogue inter yéménite sous l ' egide du Conseil de coopération ". Ces mesures constituent un aveu: Riyad est conscient de la nécessité de passer d ' une solution sécuritaire et militaire à une solution politique. a vrai dire Riyad n ' a pas pu former une vraie coalition de guerre en dépit چرا des milliers de raids contre le Yémen. la situation politique au Yémen n ' a guère changé et Ansarallah contine à avoir un large ancrage populaire. Cet échec temoigne aussi de la defaillance de l ' armée et du renseignement saoudien. وl ' armee saoudienne n ' a pas mené ses raids de façon intelligente. ses raids ont visé les bâtiments publics, des maisons des personnalités, et surtout dds centres de pouvoir d ' Ansarallah. Sur le plan militaire, ceci est une grave erreur. Une bonne armée attaque les points faibles de l ' ennemi pour permettre à ses mercenaires de profiter du chaos et de prendre le contrôle de la situation. pire, les raids saoudiens ont ciblé des hôpitaux, des usines agroalimentaires, des camps de réfugiés avec en aval un coût extrêmement élevé en termes de crédit pour Riyad. Alors que les avions saoudiens bombardent le nord et l ' ouest du Yémen, Ansarallah continue à avancer à Aden, à Lahaj, à Abyn, età Zalah, signe que les bombardements sont parfaitement incapables de stopper les houthis et leurs alliés tribaux et militaires. Avant les raids saoudiens Ansarallah n ' avait nullement l ' intention de descendre vers le sud. a présent le mouvement est parvenu à encercler le reste des miliciens pro Hadi à Maareb et à Aden soit une region de 17000 km2 et composée de 24000 personnes. En d ' autres termes, la situation va de mal en pis pour les saoudiens…le Yémen est quasi pefdu pour Riyad a moins d ' un retour à la raison chose dont les signes ne sont pas encore perceptibles.