Aujourd ' hui, 3 millions de Français ont une vision si détériorée que, même après correction, leur acuité visuelle reste inférieure à 3/10. C ' est ce qu ' on appelle la basse vision. Mais la recherche avance à grands pas.[caption id = " attachment _ 28253 " align = " alignnone " width = " 535 "]© istock[/ caption]

La rééducation cérébrale

Cette technique consiste à apprendre au cerveau à mieux voir par des exercices de stimulation visuelle sur ordinateur. Ceux - ci renforcent les connections neuronales responsables de la vision, ce qui améliore la sensibilité au contraste et l ' acuité visuelle, si elle est supérieure à 2/10. L ' un des premiers outils issus de cette recherche est le programme RevitalVision de la société VOIS. Elle s ' adresse aux personnes souffrant d ' une basse vision due à une maladie héréditaire(rétinopathie pigmentaire, etc.), au vieillissement(dégénérescence maculaire liée à l ' âge(DMLA),cataracteou glaucome) ou à un accident. La rééducation cérébrale présente l ' avantage d ' améliorer la basse vision sans médicaments, ni chirurgie. En agissant, non pas au niveau de l ' œil, comme les lunettes, mais sur le cerveau. RevitalVision assure un gain de 2 lignes d ' acuité visuelle et 100 % de sensibilité au contraste.La greffe de cellulesElle vise à régénérer la rétine(membrane visuelle au fond de l ' œil) en y greffant des cellules de rétine cultivées en laboratoire à partir d ' entités spéciales: lescellules souchespluripotentes, capables de se transformer en n ' importe quel type de cellules(du foie, du cœur, de la peau…). Elle s ' adresse aux personnes dont la rétine dysfonctionne ou dégénère à cause d ' une maladie héréditaire(rétinopathies pigmentaires, maladie de Stargardt…), ou lors du vieillissement(dégénérescence maculaire liée à l ' âge, qui concerne 70 % des plus de 80 ans), induisant une baisse progressive, importante et irréversible de la vision. " Explorée depuis plusieurs années, cette piste est très prometteuse. Si deux patients aux USA ont déjà bénéficié de cette approche de transplantation, d ' autres patients sont actuellement recrutés en Angleterre et aux Etats - Unis afin de s ' assurer de la sécurité et l ' efficacité de cette technique avant de la développer ", explique le Dr Olivier Goureau, chercheur à l ' Institut de la vision(Paris).Les lunettes " à réalité augmentée "Développées par la société française Essilor et l ' Institut de la vision, ces lunettes dotées de verres correcteurs, d ' une mini - caméra, d ' un mini - ordinateur et d ' une télécommande traitent l ' image perçue en fonction de la demande du patient: agrandissement, amélioration des contrastes, de la luminosité, etc. L ' image traitée est ensuite projetée sur les verres de façon à se superposer à la scène naturelle. Elle s ' adresse aux patients atteints d ' une maladie héréditaire ou liée au vieillissement, et entraînant une perte de la vision centrale ou périphérique: DMLA, maladie de Stargardt, ouglaucome. "Une centaine de personnes ont testé ces lunettes dans notre institut. La majorité s'est déclarée très contente de l'aide apportée, précise le Pr José-Alain Sahel, directeur de l'Institut de la vision à Paris. Un travail d'adaptation est toutefois nécessaire pour s'habituer à superposer mentalement la scène naturelle et l'image projetée." Selon Essilor, ces lunettes ne seront pas commercialisées avant plusieurs années