Un choix, une épreuve, une indécision… Qui d’entre nous n’a jamais été confronté à ce genre de difficulté ? Le revenir vers Allah est indispensable et, est à faire en toutes circonstances. L’une des démarches à entreprendre est de demander de l’aide à Allah en plaçant sa confiance en Lui et en faisant la prière de consultation, as-salât al-istikhâra.

La prière -as salat-

La prière de consultation « salât al-istikhâra« , ne présente pas plus de complexité que l’enchaînement de deux unités de prières, dans lesquelles il est vivement recommandé de réciter les sourates Al-Kafiroun puis Al-Ikhlas. Après le salut final, une invocation spécifique doit être prononcée. Il n’est pas sans importance de préciser que cette prière doit être effectuée avec vigueur, de façon régulière, jusqu’à l’installation d’un sentiment de sécurité et de quiétude sur le sujet. Répandues sont les pensées disant que la réponse attendue sera présentée sous forme de rêve, or ceci n’est pas forcement le cas : il faut surtout accorder de l’importance au déroulement des événements que l’on doit entreprendre.

L’invocation

Une fois la prière faite, l’invocation suivante doit être dite :

« Ô Seigneur ! Je Te consulte de par Ta connaissance et je T’implore de m’accorder le pouvoir de Ton pouvoir et je Te demande de Ton immense générosité. Car Tu es certes capable et je suis incapable, Tu sais tout tandis que moi je ne sais pas, et c’est Toi le Grand Connaisseur de tout ce qui est inconnu. Ô Seigneur ! Si Tu sais que cette chose – nommer clairement la chose en question – est une source de bien pour moi dans ma religion, dans ma vie présente et dans ma vie future (ou il dit : ici-bas et dans l’au-delà) destine-la-moi et facilite-la-moi puis bénis-la-moi. Et si Tu sais que cette chose est pour moi une source de mal dans ma religion, dans ma vie présente et dans ma vie future (ou il dit : ici-bas et dans l’au-delà) détourne-la de moi et détourne-moi d’elle et prédestine-moi le bien là où il se trouve puis rends-moi satisfait de cette décision. »

En arabe :

« اللّهُـمَّ إِنِّـي أَسْتَخيـرُكَ بِعِاْـمِك، وَأسْتَقْـدِرُكَ بِقُـدْرَتِـك، وَأَسْـألُـكَ مِنْ فَضْـلِكَ العَظـيم، فَإِنَّـكَ تَقْـدِرُ وَلا أَقْـدِر، وَتَـعْلَـمُ وَلا أَعْلَـم، وَأَنْـتَ عَلاّمُ الغُـيوب، اللّهُـمَّ إِنْ كُنْـتَ تَعْـلَمُ أَنَّ هـذا الأمْـرَ- وَيُسَـمِّي حاجَتَـه – خَـيْرٌ لي في دينـي وَمَعـاشي وَعاقِـبَةِ أَمْـري، فَاقْـدُرْهُ لي وَيَسِّـرْهُ لي ثـمَّ بارِكْ لي فيـه، وَإِنْ كُنْـتَ تَعْـلَمُ أَنَّ هـذا الأمْـرَ شَـرٌ لي في دينـي وَمَعـاشي وَعاقِـبَةِ أَمْـري، فَاصْرِفَهُ عَنِّي وَاصْرِفْنِي عَنْهُ وَاقْـدُرْ لي الخَـيْرَ حَيْـثُ كانَ ثُـمَّ أَرْضِـني بِـه »

« Allâhumma innî astakhîruka bi-hilmika, wa astaqdiruka bi-qudratika, wa as-aluka min fadlika-l-hazîmi. Fa-innaka taqdiru wa lâ aqdiru, wa tahlamu wa lâ ahlamu, wa anta hallâmu-l-ghuyûbi. Allâhumma in kunta tahlamu anna hâdhâ-l-amra (que l’on explicite) khayrun lî fî dînî wa mahâshî, wa hâqibati amrî, fa-qdurhu lî, wa yassirhu lî, thumma bârik lî fîhi. Wa in kunta tahlamu anna hâdhâ-l-amra sharrun lî fî dînî wa mahâshî, wa hâqibati amrî, fa-srifhu hannî, wa srifnî hanhu, wa qdur lî-l-khayra haythu kâna, thumma arddinî bihi. »

A lire: Des mérites de la prière d’Al Fajr : son importance et son accomplissement