Vous avez peut-être déjà vu cette Mercedes circuler à Bruxelles ou aux environs. Cette berline C 200, de couleur gris clair, passerait complètement inaperçue sans sa plaque d’immatriculation, « ALLAH ». Les termes religieux font donc leur entrée dans les plaques personnalisées ! Ce n’est pas une première et rien ne s’y oppose.

Une personne qui roule à bord d’une Mercedes a choisi comme plaque d’immatriculation « ALLAH ». Ce n’est probablement pas le souci de rester discret qui a poussé cette personne à faire ce choix. Une plaque personnalisée coûte actuellement 2000€. Il n’y a pas de liste de plaques interdites mais les agents de la DIV ne laissent pas tout passer et se doivent de respecter les limites de la loi sur le racisme et la xénophobie. Même si elle ne l’a jamais fait, la DIV peut radier une plaque à postériori.

194175567_B979467389Z.1_20160817231030_000_GHL7EDQEP.1-0.png

On a déjà croisé « BATMAN-1 », « SMILE », « ORVAL », « RAMBO », « VIP », « TESLA-1 », « BICHE », « MUSTANG ». Un véhicule roule même avec la plaque « AK-47 », le nom d’une Kalachnikov… « Le préposé de la DIV ne sait pas toujours la signification des mots demandés », poursuit Veerle Kusters. «  La langue évolue. Parfois, il y a des termes qui ne signifient rien en français mais qui veulent dire quelque chose dans une autre langue. »

A lire: Un musulman a été viré pour avoir refusé de serrer la main avec des femmes de son entreprise