Angela Corrias est une écrivain indépendante de voyage, blogueuse et photographe. Née en Italie, elle a quitté son pays d'origine après le collège et depuis, elle a vécu à Dublin, Londres et Shanghai, elle a voyagé en Asie, au Moyen-Orient, au Brésil et en Europe.Ses articles ont étés apparus dans le journal chinois Global Times, Forbes Travel Guide, Literary Traveler et GoNomad.. Elle écrit au sujet de ses voyages dans son blog Chasing The Unexpected.Vous lisez son interview exclusive avec MuslimPress;

A combien de pays musulmans avez-vous voyagé ? Et lequel a été exceptionnel pour vous ? Et duquel point de vue ?

Jusqu'à présent, je suis allée en Iran, en Turquie, au Liban et aux EAU. J'ai beaucoup apprécié le Liban et la Turquie, leur histoire et leur culture, mais probablement le pays avec lequel je me suis sentie plus proche est l'Iran : Proche et difficile en même temps. Proche parce que j'ai toujours trouvé les iraniens très semblable aux italiens, alors même si je ne comprenais pas la langue, je pouvais saisir ce qu'ils voulaient communiquer et je me suis toujours sentie très familière. Quand je dis difficile, je ne veux pas dire pour voyager à travers le pays autant que défier l'idée que nous avons en Europe et l'Occident en général, les croyances causées par les grands médias. Ceci est également la raison pour laquelle je tiens à aller en Iran souvent, je cherche toujours à faire rapport aussi honnêtement que je peux, donner ma petite contribution en essayant de montrer le pays comme il est, une société diversifiée et compliquée, impossible de décrire en quelques mots.

Quelle différence y-a-t-il entre voyager aux pays musulmans et voyager aux pays occidentaux ?

La première différence que nous remarquons est la façon dont nous nous habillons, que nous ne respectons pas les principes de Hijab, de sorte que vous verrez des femmes portant des hauts sans manches, jupes courtes et sans foulard. Naturellement, vous verrez aussi différentes traditions, le paysage et le paysage urbain. Aussi longtemps qu’il y a la courtoisie humaine et la volonté de partager des moments et des expériences, la seule raison pour laquelle je parlerais des différences est de voir comment nous pouvons prospérer sur eux au lieu de les utiliser comme un motif de conflit.

Qu'est-ce que vous avez exprimé dans ces pays qui était uniques à vous par rapport aux pays occidentaux?

Je ne considérais pas les pays occidentaux comme une unité unique, même l'Europe est très diversifiée en matière de culture, langues et traditions, donc voyager à travers les pays occidentaux est toujours une expérience différente. Dans tous les pays musulmans auxquels je suis allée, j'ai toujours trouvé un accueil chaleureux, un accueil qui n'a pas besoin d'être déclaré, si authentique et instinctif qu'il vient sans effort et qui parvient toujours à vous faire sentir à l'aise. Il est sans doute parce que la famille est perçue comme une partie d'une communauté plus large, par opposition à un mode de vie plus individualiste dans les sociétés occidentales, et cela est ce qui détermine la différence en ce qui concerne la collecte et le partage des espaces privés.

Quelque chose d'autre que j'ai vu principalement dans les pays musulmans, mais pas seulement là, c’est une séparation plus visible entre les hommes et les femmes, du transport en public à des habitudes sociales, dans ces pays, les autorités font de sort que des habitudes sociales qui impliquent en général des occasions pour les femmes et pour les hommes les rendez-vous soient  supprimées et les rendez-vous dans les familles conservatrices ne sont pas autorisées, ce qui conduit à des mariages arrangés.Des mariages qui sont complètement différents avec des nôtres: Ce sont les parents qui choisissent l’épouse.

En ce qui concerne l'Iran précisément, quelque chose d'unique, je ne l'ai pas connu nulle part ailleurs est leur pratique de ta'arof, les complexes rituels de courtoisie perses. Nous utilisons pour compléter en Italie aussi, mais avec beaucoup moins de ferveur!

Comment les grands médias dépeignent les nations islamiques? Est-il lié à la vie réelle des musulmans dont vous avez été témoin?

Comme les pays occidentaux, des nations islamiques ne sont pas tous les mêmes, donc cela dépend de l'ordre du jour des médias et des intérêts à l'égard des différentes nations. En général, cependant, je vois un échec non seulement dans la compréhension des différentes cultures, coutumes et traditions, mais aussi dans la volonté  de le faire. Je ne vois pas d'efforts dans l'apprentissage de valeurs islamiques, aucune volonté, même en expliquant que les pays musulmans ont une vaste gamme de traditions culturelles et les coutumes issues de leur propre histoire et le passé. Chaque pays a différents styles de vêtements pour les hommes et les femmes, les différents Hijab, différents rituels de mariage, des langues, des festivals, il est tout un monde aux multiples facettes que les médias insistent à dépeindre comme une seule unité qui fausse la réalité.

Avant de se rendre dans les pays islamiques, qu'est-ce que vous pensez de ces pays?

J'étais surtout curieuse d'apprendre quelque chose d'une culture différente de la mienne. Ma principale préoccupation était ce qu'il fallait porter, afin de respecter le sentiment local, j'avais peur de me tromper, mais une fois arrivée, je constaté que c’est plus détendu que je pensais.On ne m’exigait pas porter une tenue islamique stricte.

Comment voyez-vous Hijab et la façon dont les femmes musulmanes sont censées apparaître dans la société?

Le principe de Hijab est de garder la modestie et applique à la fois aux hommes et aux femmes. En outre, il n'y a pas que le foulard, mais implique toute tenue vestimentaire.je pense que la modestie devrait être encouragée partout. Les médias jouent un grand rôle, et surtout en Italie, d’où je viens, la télé et certains magazines ne manquent jamais l'occasion de publier les photos des femmes dont  le corps est considérée comme une marchandise d'une manière dégradante et humiliante . En tant que femme occidentale, je trouve ces effets extrêmement insultants et ayant sur la société des influences négatifs. Alors que la vraie vie est, heureusement, encore loin de la représentation des médias, toujours plus souvent dans l'Ouest, nous voyons des femmes, aussi très jeunes, en tenue légère. À mon avis, cela montre très peu de respect de soi et dans le but d'améliorer les choses nous ne devrions pas avoir besoin de se référer à des principes religieux, mais aux  sentiments normaux qui sont instinctifs.

Que pensez-vous des femmes musulmanes et leurs droits dans les pays à majorité musulman?

Je ne peux pas nier qu’il existe des pratiques discriminatoires à l'égard des femmes, je pense que ces pratiques viennent de traditions locales séculaires qui dépendent du pays, ou même d’une région spécifique ou d’un groupe ou d’une tribu ethnique particulière. Je ne suis pas experte sur la législation des différents pays musulmans, donc je ne peux parler que des expériences personnelles et se référer aux femmes que j’ai personnellement rencontrées. C’est vrai que pour certaines,dans les pays arabes, c’est interdit de conduire ou de voter ou en Iran, la police arrête les femmes dont les vêtements ne conviennent pas aux règles islamiques. Les droits des femmes est une question vaste et complexe, mais en essayant d'imposer une solution de l'extérieur en ignorant les différentes dynamiques de chaque pays a ses influences négatives, les changements doivent venir progressivement et de l'intérieur par les mêmes personnes qui y vivent.

Vous avez un intérêt particulier pour Iran et avez aussi voyagé plusieurs fois aux plusieurs pays; comment décririez-vous l'Iran comme une destination touristique?

Je pense que l'Iran a un grand potentiel pour devenir une destination touristique populaire établie en toute saison. Que vous soyez intéressé par l'art, l'architecture, la nourriture, l'histoire, la nature, l'Iran a quelque chose pour tout le monde. En outre, chaque région a un climat différent, une culture et un paysage spécifique, ce qui explique  pourquoi il est une source inépuisable pour le tourisme. Je pense que le gouvernement iranien travaille sérieusement pour en faire une destination touristique plus convivial, et les Iraniens sont si accueillants que les touristes aiment toujours leur expérience là-bas et reviennent à leur propre pays, ils sont enthousiastes et désireux de partager leurs histoires avec les autres.

Vous avez écrit cette année un article intitulé «Les plaies ouvertes de Khuzestan de l’Iran"; quel est le point essentiel de cet article ?

La découverte de Khuzestan a été une expérience très intéressante pour moi. L'industrie du tourisme n'a pas été très développée à l'époque, et les habitants commençaient à peine à voir les étrangers errent dans les rues. Ceci est probablement la raison pour laquelle ils étaient très désireux de partager leur histoire et c'est ce que je trouve la plus intrigante et déchirante à la fois, c’est d'apprendre l'histoire moderne et les événements terribles de la guerre Iran-Irak, encore très vivant dans les mémoires , directement de ceux qui les ont vécus.