Le Shish, restaurant londonien de spécialités turques, offrira un repas complet gratuit aux SDF et personnes âgées vivant seules le jour de Noël. Une initiative louable de la part d'un restaurant halal et dans un contexte marqué par l'islamophobie.

La saison de Noël semble nous apporter l'illusion, des cadeaux et beaucoup de plaisir, mais il y a beaucoup qui, à cette époque de l'année souffrent de solitude, comme dans le cas des personnes âgées, ou le froid intense de la rue, dans le cas des personnes sans maison.

Shish, qui est le nom de l'établissement, ouvrira ses portes le jour de Noël (Décembre 25) pour servir trois repas gratuits, et leurs propriétaires ont déjà lancé l'invitation à ceux qui sont seuls et ils peuvent profiter de ces points chauds sans payer pas un seul livre.

Et aux esprits grincheux qui y voient plutôt une opération marketing, le responsable du restaurant rétorque que son geste est motivé par le sens de la communauté, pas par le désir de se faire connaître. « Bien sûr, nous ne vivons pas dans un monde merveilleux en ce moment. Mais il est temps pour nous de nous rassembler et de nous soutenir les uns les autres. Noël est un jour extraordinaire et chacun doit avoir la chance de vivre un jour extraordinaire », a répondu Irsan Can Genc sur Facebook. L’idée d’offrir un repas gratuit à Noël lui est venue d’une vieille dame, qui est entrée dans son restaurant début novembre pour demander si quelqu’un pouvait simplement l’aider à fermer une fenêtre de son appartement. Ce dont l’un des employés s’est immédiatement acquitté. Alors qu’elle le remerciait pour son coup de main, elle lui a avoué qu’elle serait seule à Noël. L’idée a alors éclos.

Depuis, une cinquantaine de personnes se sont portées volontaires pour le jour J, les uns pour aider en cuisine, les autres pour le nettoyage, d’autres encore pour (r)accompagner les clients en ce jour particulier. Deux autres personnes ont mis à disposition du restaurant leurs compétences en infographie pour remplacer la feuille manuscrite d’origine par une affiche aux couleurs typiques de Noël. « Ce n’est pas une affaire de religion, de langue ou de culture », a conclu Genc au micro de la chaîne de télévision américaine CNN, venue l’interviewer. « Il s’agit de vivre en communauté ». Au singulier.

A lire: En Malaisie, le mot hot-dog, c'est fini: le Département islamique ne veut plus associer chien et bouffe