L’année 2016 a failli connaître encore une fin terrible, s’ajoutant à l’attentat de Berlin

En effet, une nouvelle attaque terroriste vient juste d’être évitée dans une grande ville européenne. Il s’en est fallu de peu. Comme nous l’avons appris cet après-midi par des sources très bien informées et qui ont un accès privilégié au centre de supervision des attentats d'Etat islamique, un nouvel attentat devait être commis ce soir dans un centre commercial de renom, situé dans une grande ville européenne dont notre source a refusé de donner le nom. Fort heureusement pour la population de cette ville, l’opération a été annulée in-extremis.

En cause, le terroriste qui devait exécuter cette opération s’est aperçu, au dernier moment et juste avant de passer à l’acte, qu’il avait oublié un élément fondamental qui lui aurait garanti le succès de l’attentat : sa pièce d’identité. Le jeune terroriste a commencé à paniquer à l’idée de foirer son coup et de ne pas laisser de trace de lui. Il a donc appelé son superviseur direct à qui il a dit avoir oublié sa pièce d’identité chez lui. Le superviseur en question était hors de lui, car tout devait être préparé et suivi minutieusement. Il a donc ordonné à son élément de rebrousser chemin et de reporter l’opération à une date ultérieure, après consultation du centre de supervision des attentats, situé à Raqqa, en Syrie. C’est ainsi que le monde a échappé à une nouvelle journée sanglante.

Rappelons que depuis quelques mois, le mode opératoire de Daesh indique clairement aux candidats-kamikaze qu’il est impératif d’avoir sur soi une pièce d’identité qui les identifie formellement, afin de faciliter la reconnaissance et l’attribution de l’opération à Daesh. Le mode opératoire indique qu’il est préférable d’avoir une carte d’identité en cours de validité et éventuellement biométrique pour faciliter la lecture des données de la carte à puce.