En Bosnie-Herzégovine, des industriels de la banque, de l’agroalimentaire ou de l’hôtellerie adoptent de plus en plus les certifications halal afin de profiter de la croissance rapide de ce marché, boosté par la taille de la population musulmane et les échanges commerciaux avec les pays du Golfe.

Avec la moitié de sa population musulmane, la Bosnie-Herzégovine s’est imposée ces dernières années comme un hub régional pour les produits et services halal. La première agence bosniaque de certification halal a été lancée il y a déjà dix ans. Ce pays issu de la dislocation de la Yougoslavie, réputé pratiquer un islam libéral, a vu son intérêt pour le développement du halal se renforcer suite à l’arrivée de combattants de nationalités arabes lors de la guerre de 1992/1995 et à l’injection de financements d’Etats du Golfe persique, principalement d’Arabie Saoudite. « Le potentiel du marché halal est élevé car le phénomène est récent et il y a un fossé à combler entre la demande et l’offre », explique Amir Sakic, directeur de l’agence de certification. Et pour cause : au cours de la dernière décennie, le marché du halal dans les Balkans a crû de près de 17% par an.

L’agence dirigée par Sakic a déjà certifié des centaines de produits originaires non seulement de Bosnie mais aussi de ses voisins comme la Serbie, le Montenegro, et même la Lituanie. En Croatie, en Serbie et en Macédoine, l’agence bosniaque a accompagné la création de leurs propres organismes certificateurs. Un intérêt marqué qui n’est guère surprenant : le marché mondial du halal a été valorisé à plus de mille milliards de dollars en 2015, selon le cabinet Deloitte Tohmatsu Consulting et, plus encore, est porté par une croissance dynamique d’environ 15% l’an.

Le Muslim post