Ce n'est pas un non-musulman qui dit ça, il est non seulement musulman mais aussi le président national de l’Union des organisations islamiques de France.Amar Lasfar s'est penché sur la polémique de burkini.

ce maillot qui couvre presque l’intégralité du corps des femmes, continue d’enfler. Certaines femmes musulmanes se disent fatiguées et en colère de ce qu’elles considèrent comme une énième polémique inutile et stigmatisante pour leur communauté.

Après Cannes, plusieurs villes de France ont pris un arrêté interdisant le port du burkini sur leurs plages, jugeant que, dans le climat actuel, le vêtement manifestait de manière trop « ostentatoire » une appartenance religieuse et était « de nature à créer des risques de troubles à l’ordre public » (arrêté municipal de Cannes du 28 juillet).

Dans une interview avec 20minutes, il se déclare contre cette tunique de bain islamique, venue originalement de l'Australie.

"Si certaines femmes veulent le porter parce que ça leur permet d’être en accord avec leur corps, avec elles-mêmes, je ne les en empêcherai pas. Mais je le dis, le burkini ne fait pas partie du culte musulman. Ce n’est pas mon choix.

Cependant pour moi ce n’est pas une question de culte, mais une question de liberté. Mais qu’on me dise quelle différence il y a entre une tenue de plongée et le burkini. Veut-on enfermer les femmes à la maison ?" dit-il.

Mais il semble qu'il y ait une tendance à compliquer les sujets concernant les musulmans.Créer une région consacrée aux femmes pourrait ùettre fin à cette polémique.

A lire:Allemagne: Le ministre de l'Intérieur appelle à une interdiction partielle de la burqa