Un périmètre de sécurité a été établi autour de la mosquée qui a été la cible d’une attaque en début de soirée.

Quelques dizaines de personnes se trouvaient à l’intérieur du centre situé sur le chemin Sainte-Foy lorsqu'au moins un suspect armé serait entré à l'intérieur de l'édifice, vers 19 h 45, avant d'ouvrir le feu sur les fidèles.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a confirmé qu'il y avait eu des morts, sans toutefois préciser le nombre de victimes.

Le point de presse du SPVQ

Le président du Centre culturel islamique de Québec, Mohammed Yangui, rapporte cinq morts, mais cette information n'a pas été corroborée par les policiers. Selon M. Yangui, entre 60 et 100 fidèles se rassemblent dans la mosquée le dimanche soir.

Au moment de l’attaque, les hommes priaient au rez-de-chaussée, tandis que les femmes et les enfants se trouvaient à l’étage.

Deux suspects ont été arrêtés. L’un d’eux aurait été appréhendé au terme d’une chasse à l’homme qui s’est terminée près de l’île d’Orléans.

Le SPVQ a indiqué qu'il travaillait en étroite collaboration avec la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la Sûreté du Québec. À 22 h 40, les forces de l'ordre ont déclaré que « la situation était sous contrôle ».

« Les lieux sont sécurisés et les occupants ont été évacués. L'enquête se poursuit », a écrit le SPVQ sur Twitter.

Un large périmètre de sécurité a été établi dans le secteur de Sainte-Foy. Les parcours d’autobus du Réseau de transport de la capitale (RTC) qui empruntent le chemin Sainte-Foy ont été détournés.

Des voisins près du site de la fusillade

Des voisins près du site de la fusillade Photo : Radio-Canada 

Un témoin, qui préfère garder l’anonymat, a raconté en entrevue à RDI que deux personnes cagoulées étaient entrées dans la mosquée.

« Elles me semblaient avoir un accent bien québécois. Un a commencé à tirer. Dès qu’il a ouvert le feu, il a crié : ‘’Allahou akbar!’’ (‘’Dieu est grand!’’) Les balles ont atteint des personnes qui priaient. Des personnes qui priaient ont perdu leur vie. Moi-même, la balle a passé au-dessus de ma tête », a raconté le témoin.

« On s’est jeté par terre directement. Plusieurs personnes qui priaient sont sorties de leur prière et se sont jetées par terre », a-t-il ajouté.

Il y avait même des enfants aussi. Il y avait même un jeune de trois ans qui était avec son père.

Un témoin de la fusillade

Gestes islamophobes

Le Centre culturel islamique de Québec, qui est également connu sous le nom de grande mosquée de Québec, avait été la cible d’un geste à caractère haineux l’été dernier, alors qu’une tête de porc avait été déposée devant l’une de ses portes, et ce, en pleine période du ramadan.

Des tracts islamophobes avaient également été distribués à différents endroits de la ville de Québec dans les semaines suivant cet incident.

Des veillées à la chandelle en hommage aux victimes sont déjà prévues lundi à Québec, Montréal et Saguenay.

« Attaque gratuite »

En entrevue à RDI, l’ancien inspecteur du Service de police de la Ville de Montréal, Guy Ryan, a dénoncé une attaque gratuite, qui a fait « des victimes complètement innocentes ».

« Ça fait toujours de quoi, surtout lorsque ça arrive dans une ville comme Québec. C’est toujours surprenant », a-t-il ajouté.

La Sûreté du Québec prendra la relève de l’enquête, selon lui, si la thèse de l’attaque terroriste se confirme.

L'entrevue avec Guy Ryan

Guy Ryan affirme également que des signes précurseurs ont pu mettre en éveil le Service de police de la Ville de Québec sur l’attaque de dimanche soir.