Le suicide - et non le combat - est le principal tueur des troupes américaines déployées au Moyen-Orient pour combattre les militants de l'Etat islamique, selon des statistiques récemment publiées par le Pentagone.

Les pertes des États-Unis ont été relativement faibles depuis que l'effort de guerre mené par les États-Unis a commencé par une campagne de bombardement en août 2014, reflétant l'exposition limitée au combat pour les troupes. Des 31 soldats qui sont morts à compter du 27 décembre dans l'opération Inherent Resolve, 11 ont pris leur propre vie. Huit sont morts en combat, sept en accidents et quatre ont succombé à une maladie ou à une blessure. La cause d'un décès est sous enquête.

Selon les experts sur le suicide militaire, les causes du suicide constituent la première cause de décès de troupes. Ils comprennent probablement les maladies mentales que les personnes enrôlées apportées avec eux au camp d'entraînement, le stress post-traumatique, les déploiements de combat multiples et l'anxiété accrue dans un militaire en guerre pendant 16 ans.

Ce qui est plus dérangeant, c’est que les chiffres officiels prennent en compte seulement les victimes de suicide parmi le personnel en service. Ces chiffres ne comptabilisent pas les nombreux vétérans - officiellement classés en tant que civils - qui se sont suicidés.   
  
 Très probablement, ces décès sont rapportés dans certains journaux de petits villages dans la rubrique des « brèves » sans expliquer le contexte ou le cadre qui a conduit ces individus à prendre leurs propres vies. On estime que le taux de suicide parmi les vétérans d’Afghanistan et d’Irak est quatre fois plus élevé que la moyenne nationale. Le Département US pour les Vétérans a calculé que plus de 6.000 vétérans se suicident chaque année.   
  
 Plusieurs de ces hommes reviennent à la maison, dans un pays pour qui ils se sont battus, seulement pour ne trouver aucun emploi, leurs relations brisées et leurs maisons saisies par des banques qui ont profités de milliers de milliards de dollar en renflouement. 

A lire:  L'ambassadeur de France aux États-Unis:

"Après cette élection, tout est désormais possible. Un monde s'effondre devant nos yeux. Un vertige"