Alan Sabrosky (Ph.D., Université du Michigan) est un écrivain et consultant spécialisé dans les affaires nationales et internationales de sécurité. En Décembre 1988, il a reçu le Prix du service civil Supérieur après plus de cinq années de service à l'Army War College des Etats-Unis en tant que directeur des études, Vous lisez son interview avec MuslimPress:

Le sénateur américain Bob Corker a récemment critiqué la candidate démocrate, Hillary Clinton, pour ses décisions "désastreuses" en tant que secrétaire d'Etat. Comment analysez-vous ses décisions à ce moment-là?

C’est Une question trop vaste, notamment parce qu'elle a été limitée par ce que Obama voulait faire - elle était plutôt un agent exécutif qu'une décideuse indépendante.

Êtes-vous d'accord avec lui quand il dit "elle a joué un rôle primordial dans la création d’une maison dans laquelle l’Etat Islamique réside aujourd'hui»?

Non, le rôle primordial a été tiré par des invasions de l'Afghanistan d'abord, puis l'Irak sous Bush. Son rôle pendant mandat  d'Obama était plutôt soutenir et étendre ce qu'elle (et Obama) a hérité.

Y a-t-il un lien entre l'émergence de l’Etat Islamique et les décisions de Hillary Clinton? Comment?

Je vous adresse à la réponse de la question précédente,  qui concerne comment  l’Etat Islamique a vu le jour. Je trouve toujours fascinant qu'il n'a pas attaqué une seule cible réelle israélienne, ni l’Israël n’a jamais attaqué une cible réelle de l’Etat Islamique. Incroyable, non ?

Pensez-vous que son mandat en tant que Secrétaire d'Etat est un inconvénient pour sa campagne présidentielle? Pourquoi?

Ça pourrait être, mais plus pour une partie de sa faute personnelle (le scandale des emails) mais seulement si le ministère de la Justice était prêt à demander un acte d'accusation, et je n’attends pas que cela se produise avant l'élection américaine - et si elle gagne, jamais.

Comment analysez-vous ses politiques en Libye?

Catastrophique pour la Libye et cette partie de l'Afrique du Nord, mais bien sur un pied d'égalité avec ce qui est arrivé sous ses prédécesseurs dans les administrations Clinton et Bush et Kerry maintenant. Les États-Unis ont essentiellement commis beaucoup d’erreurs dans le soutien de l'Israël, des erreurs qui ont unifié les ennemis d'Israël (et ils sont nombreux, pour de bonnes raisons) et en laissant chaque endroit pire qu'avant nous sommes intervenus. Si elle est élue présidente, je pense qu'elle soit la meilleure présidente des États-Unis que l’Israël n’a jamais possédée.On ne peut ignorer les paroles de Clinton. « Oui, nous avons besoin de constance, pas d’un président qui dit qu’il est neutre le lundi, pro-Israël le mardi et on ne sait pas quoi d’autre le mercredi parce que tout est négociable », a attaqué Mme Clinton devant la conférence annuelle de l’Aipac. « La sécurité d’Israël n’est pas négociable », a renchéri la candidate démocrate.

Trump est moins souhaité par les Israéliens, parce qu’en raison de son ego il prendrait à la légère les tactiques musclées de l'AIPAC.

A lire: 

Clinton a essayé de faire appel aux musulmans américains, mais il a fini par les insulter