A quel point la liberté d’expression est respectée au Canada quant aux critiques contre Israël ? Quel rôle joue le lobby sioniste dans la politique étrangère ? Y a-t-il des mouvements pro-palestiniens au canada ? Ont-ils de l’influence dans la politique canadienne ? Pourquoi ? Ce sont les sujets sur lesquels se penche, Brandon Martinez, activiste et écrivain canadien dans une interview avec MuslimPress, traduit en français par notre équipe éditorial français :

Une enseignante de Mississauga, Ont. A été mise sous enquête après avoir pris la parole lors d'un rassemblement exhortant les Palestiniens à lutter contre Israël. Que pensez-vous de cela?

Je pense qu'il est complètement ridicule que cette dame soit «mise sous enquête». L'enseignante a simplement exprimé sa solidarité avec divers combattants et les groupes de la résistance palestinienne. Mais ce n’est pas surprenant, compte tenu de l’influence massive que les lobbys pro-israéliens ont sur le gouvernement et la police canadienne. Les gros bonnets de B'nai B'rith, le principal groupe de pression sioniste au Canada, cherchent à faire taire toutes les critiques d'Israël et jugent tous les soutiens aux Palestiniens comme semblable à «apologie du terrorisme». Ou ils essaient faussement de l'encadrer comme «discours de haine». En réalité, ces sionistes attribuent simplement à leurs victimes - les Palestiniens - ce dont ils sont suprêmement coupables: plus de 60 ans de terrorisme d'État, le nettoyage ethnique, l'occupation, les démolitions de maisons, les exécutions extrajudiciaires, la torture et toutes sortes d'oppression contre les habitants de la terre. Ainsi, c’est normal pour les politiciens canadiens de louer le gouvernement terroriste et les dirigeants d'Israël, même de leur livrer des armes et d’entrer dans les associations professionnelles. Pendant ce temps, les partisans de la Palestine sont intimidés par les autorités de l'État Canadien, mais pas un seul sioniste n’a été jamais «mis sous enquête» pour soutenir ouvertement le régime sioniste et de ses unités militaires qui infligent la terreur massive sur des Palestiniens innocents. Les doubles standards sont choquants.

Comment analysez-vous la critique d'Israël au Canada? Comment vous qualifiez la liberté d'expression là-dessus ?

La critique d'Israël est systématiquement supprimée au Canada. C’est interdit sur les principales chaînes d'information ou des talk-shows. Si un Canadien qui est important dans les affaires, la culture ou la politique pousse un mot négatif sur Israël, il sera largement fustigé et tachés par les sionistes, leurs organisations et leurs sympathisants dans les médias. Parfois, les sionistes ont essayé de fermer la critique d'Israël par la ruse légalistes, invoquant les lois canadiens de «discours haineux» pour protéger l'Etat sioniste de tous les sorts d’enquêtes. Les politiciens ont souvent passé à côté de ces mesures.

harpvow1Juste avant que Stephen Harper ait été démis de ses fonctions l'année dernière, il faisait des mesures sérieuses vers la criminalisation de solidarité avec la Palestine activisme concernant le Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS). Heureusement, il a échoué. Mais les sionistes essayent toujours de le pousser aujourd'hui. Ils ne reculent devant rien pour réprimer toute dissidence contre l'Etat juif et ses politiques.

Pensez-vous que les sionistes ont influencé le gouvernement du Canada? Comment?

Oui, les sionistes ont une puissance extrême au Canada, qui rivalise avec celle de leurs homologues des États-Unis. Il y a de nombreux groupes puissants juifs de pression, comme le B'nai B'rith et le Centre pour relations juives et israéliennes, qui ont des liens à l'intérieur de la politique canadienne. Ils sont capables d'influencer la politique par des lobbys, des conférences et des ouvertures directes aux politiciens. En plus de cela, il y a un grand réseau d'hommes d'affaires juifs pro-israéliens et magnats des médias qui influencent le discours public et les politiques publiques à travers le contrôle de l'industrie et des médias. Le Canada est l'une des nations les plus contrôlées par le sionisme dans le monde. La position du gouvernement canadien a été nettement pro-Israël et anti-Palestine depuis des décennies, et cela continuera  aussi longtemps que les sionistes ont une base de pouvoir dans ce pays.

Le mouvement de résistance est-il active au Canada? Auxquels obstacles  fait-il face?

Oui, le mouvement BDS pro-palestinien est très actif au Canada. Les militants pro-palestiniens ont une bonne influence dans les universités et les collèges à travers le pays. Mais la Palestine et ses partisans sont pour la plupart des gens ordinaires, des gens de la classe ouvrière de conscience, qui ne disposent pas des sacs d'argent à dépenser comme les sionistes font. Donc, le financement des activités pro-palestiniennes est souvent minime, alors que les sionistes possèdent de larges secteurs de l'économie et des médias du Canada, et ont directement infiltré le gouvernement.

Quelles mesures ont les sionistes prises pour lutter contre les mouvements pro-palestiniens?

Ils travaillent sur une nouvelle législation pour criminaliser le boycott d'Israël et d'avoir une oreille sympathique avec l'actuel Premier ministre Justin Trudeau qui , dans le passé, a exprimé son soutien d'Israël et son opposition contre le mouvement de boycott. Trudeau a même adopté récemment une motion au parlement dans lequel le gouvernement a officiellement «condamné» le mouvement de boycott. En outre, sur le front de la liberté d'expression, nous pouvons voir que la loi canadienne de «discours de haine» est utilisée pour faire taire les militants de façon permanente. Les sionistes jouent un jeu sale et aura recours à toute mesure contraire à l'éthique possible pour faire avancer leur ordre du jour et arrêter ceux qui s'y opposent.

 

martinez-booksBrandon Martinez est un écrivain et journaliste indépendant du Canada qui se spécialise dans les questions de politique étrangère, les affaires internationales et l'histoire du 20e et 21e siècle. Pendant des années, il a écrit sur le sionisme, Israël-Palestine, la politique étrangère canadienne, la guerre, le terrorisme et la tromperie dans les médias et la politique. Il est l'auteur de Grand Deceptions, Hidden History et The ISIS Conspiracy.

A lire:

Le professeur titulaire canadien, Anthony Hall, partisan de la recherche sur Holocauste, a été suspendu sans salaire