Au chevet des églises qui ont été défigurées, partiellement ou entièrement, par la guerre pour libérer Mossoul de l’emprise funeste de Daesh, de jeunes irakiens, filmés en train de panser les plaies d’une église chaldéenne vieille de 105 ans, ont été unanimement loués sur les réseaux sociaux.

Se sentant investis d’une noble mission dans un Irak qui abrite l’une des plus anciennes communautés chrétiennes du Moyen-Orient, ces volontaires musulmans ont mis du cœur à l’ouvrage pour nettoyer un lieu de culte dont une partie était ensevelie sous les gravats, et tenter d’y faire disparaître les séquelles d’un conflit ravageur.

Parmi les images marquantes, les montrant en pleine action, qui ont forcé l’admiration générale (la vidéo a enregistré plus de 2,5 millions de vues peu de temps après avoir été postée), l’une d’entre elles a particulièrement frappé les esprits de par sa forte charge symbolique : deux de ces jeunes hommes n’ont, en effet, pas ménagé leurs efforts pour que le clocher soit à nouveau surmonté d’une croix.

« Il n’y a pas de différence entre les chrétiens et les musulmans. Nous invitons nos frères chrétiens à revenir dans leurs maisons et leurs églises, Mossoul est assez grand pour nous tous », a déclaré avec émotion l’un de ces jeunes irakiens. Mués en « bons samaritains » musulmans du patrimoine chrétien en péril, ils aspirent tous, à travers leur action louable et couverte d’éloges, à préserver l’unité nationale.