La résolution présentée par les États-Unis visait à renouveler le mandat de la commission d'enquête sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie.

La Russie a opposé son veto jeudi contre une résolution présentée par les États-Unis qui visait à renouveler le mandat de la commission d'enquête sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. Ce mandat de la commission d'enquête de l'Onu et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OAIC), appelée Mécanisme d'enquête conjoint (Joint Investigative Mechanism, Jim), expire vendredi.

Un rapport de cette instance a imputé au gouvernement syrien l'utilisation de gaz sarin sur Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, une attaque qui a fait plus de 80 morts le 4 avril dernier. Washington souhaitait une prolongation de deux ans du mandat du Jim tandis Moscou disait préférer une extension du travail du Jim pour six mois avec possibilité de le renouveler.

Énième veto russe.

Le Mécanisme d'enquête conjoint a été créé à l'unanimité par les 15 membres du Conseil de sécurité en 2015 et prolongé d'un an en 2016. Une résolution doit obtenir neuf votes favorables et ne pas se voir opposer le veto de l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité (États-Unis, France, Russie, Grande-Bretagne, Chine) pour être adoptée.

Depuis le début du conflit en 2011, la Russie a utilisé à neuf reprises son droit de veto pour bloquer l'action internationale en Syrie. La Syrie avait accepté de détruire ses armes chimiques en 2013 suite à un accord négocié par la Russie et les États-Unis.