Au moins 28 personnes ont été tuées dans la province yéménite de Saada à la suite des frappes aériennes de la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite, a indiqué une source locale à Sputnik.

«L'aviation de la coalition a frappé mercredi matin un hôtel de la ville de Sahar», a déclaré à Sputnik une source dans la province, frontalière de l'Arabie saoudite.

La source a précisé que l'attaque contre l'hôtel a fait 26 morts et neuf blessés. Deux autres personnes ont été tuées suite à une frappe sur leur voiture dans la ville d'al-Zahir.

Depuis 2014, le Yémen est le théâtre d'un conflit armé opposant les houthis et les militaires loyaux à l'ancien président Ali Abdallah Saleh, aux forces gouvernementales et aux milices populaires soutenant le président en exercice Abd Rabbo Mansour Hadi, appuyé par Riad et l'Occident. Le conflit s'est internationalisé en mars 2015 avec l'intervention de nombreux pays musulmans menés par l'Arabie saoudite. La coalition arabe sous commandement saoudien, qui intervient au Yémen en soutien aux forces progouvernementales regroupées dans le sud, a été régulièrement critiquée dans le passé en Occident pour des «bavures» à répétition ayant fait des victimes civiles lors de frappes aériennes.

Dans une première réaction, le porte-parole de la coalition menée par l'Arabie saoudite, le colonel Turki Al-Malki, cité par l'agence officielle saoudienne Spa, a affirmé qu'une enquête était en cours "sur les informations rapportées par les médias", sans reconnaître la responsabilité de la coalition dans le raid meurtrier.  La coalition a déjà été à maintes reprises accusée de bombardements aveugles occasionnant des pertes parmi les civils

Le porte-parole de la diplomatie iranienne Bahram Ghassemi a condamné le raid aérien. "En tuant des innocents yéménites et en commettant de telles actions violentes, l'Arabie saoudite cherche à compenser ses échecs sur le plan politique et sur le terrain".