La Suède, à l'origine de discussions mercredi du Conseil de sécurité sur la situation humanitaire au Yémen, a mis en garde contre les "immenses conséquences" pour le peuple yéménite si le blocus imposé par Ryad perdure. "Le niveau de souffrances est immense. La dévastation est presque totale. 21 millions de personnes ont un besoin d'aide humanitaire urgente", a déclaré à des journalistes le représentant suédois adjoint à l'ONU, Carl Skau, avant le début d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité.

"Nous sommes profondément inquiets face à la détérioration de la situation humanitaire au Yémen. C'est la pire situation humanitaire dans le monde, sept millions de gens au bord de la famine, un enfant meurt toutes les dix minutes de maladie, presque un million de malades du choléra", a-t-il égrené. "Le pays est totalement dépendant des importations et on ne peut imaginer les conséquences si le blocage actuel continue". "Il est important que le Conseil de sécurité s'engage activement" à résoudre cette crise, a fait valoir le diplomate suédois.

En juin, le Conseil de sécurité avait adopté une déclaration soulignant la nécessité d'un accès humanitaire sans entrave au Yémen. "Nous allons voir comment appliquer" cette déclaration, a indiqué Carl Skau. Le blocus des ports, aéroports et accès routiers au Yémen est le résultat de la réaction de l'Arabie saoudite après un tir de missile ce week-end de rebelles yéménites intercepté au-dessus de l'aéroport international de Ryad.

La majeure partie des membres du Conseil de sécurité a condamné ce tir de missile mais réclame dans le même temps un libre accès pour la distribution de l'aide humanitaire. Mardi, l'ONU avait déjà appelé l'Arabie saoudite à mettre un terme à son blocus.