Un couple de Français et leurs trois enfants, capturés par les Kurdes à Raqqa, en Syrie, demandent à être rapatriés et jugés en France. Se pose une nouvelle fois la question des ressortissants français partis combattre au Moyen-Orient.

Depuis sa cellule en Syrie, une famille française a pu contacter ses proches en France et se mettre en lien avec l’avocat William Bourdon, afin de demander son retour dans l'Hexagone, selon les informations de la radio RTL. Ils cherchent désormais à être jugés en France pour pouvoir quitter leur lieu de détention.

Cette famille, qui a rejoint Daesh il y a trois ans, a été capturée fin octobre par des combattants kurdes. Aujourd’hui, avec leurs trois enfants, dont un bébé d'un an, ils souhaiteraient être rapatriés et jugés en France, alors que la Syrie est progressivement libérée des terroristes. Leur avocat Me William Bourdon s’est exprimé au micro de RTL.

Ils veulent rentrer en France et ils sont prêts à répondre de leurs actes

«Il y a cette espèce d’idée que, puisqu’ils ont côtoyé le diable, ils doivent y rester et mourir là-bas. Les devoirs d’un Etat démocratique ne peuvent pas être ceux-là. C’est le devoir de la France», explique l’avocat, qui défend plusieurs de ceux qu'on appelle désormais «candidats au retour».

Selon RTL, le quai d'Orsay a été saisi par Me Bourdon mais n'a pas encore répondu à sa demande.

Des combattants de Daesh, de retour en France, ont été jugés et condamnés le 20 octobre. Six hommes, dont le beau-frère de Mohamed Merah, ont été condamnés à des peines allant de 2 ans ferme à 15 ans d'emprisonnement pour association de malfaiteurs terroristes, après être partis combattre en Syrie en 2014.

Combien de terroristes Français en Syrie et dans l’hexagone?

Selon la justice française, en juin 2017, sur un millier de Français partis en Irak et en Syrie, environ 300 ont trouvé la mort et 700 adultes, dont 300 femmes, s'y trouveraient encore, en compagnie de 400 enfants. Parmi ces survivants, certains ont été capturés, et la question du retour se pose de manière plus aiguë aujourd’hui, même si peu de cas ont été médiatisés. Le 8 juillet 2017, une française de 27 ans originaire de Seine-et-Marne mère de quatre enfants, partie en 2015 avec son compagnon combattre en Irak, avait été capturée à Mossoul. Elle avait aussi contacté William Bourdon pour demander l'aide de la France.