Le prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane s'est-il rendu secrètement à l'entité sioniste, malgré l'absence de relations diplomatiques officielles entre les deux pays ? Si plusieurs sources affirment que oui, Riyad assure n'avoir rien à cacher.

Riyad a démenti le 22 octobre toute visite d'un responsable saoudien en territoire occupé, affirmant n'avoir «rien à cacher» quand il s'agit d'annoncer les déplacements de ses responsables à l'étranger.

«Tout ce qui a été rapporté par certains médias sur une visite secrète d'un responsable saoudien en Israël est sans fondement», a affirmé un porte-parole du ministère saoudien des Affaires étrangères, cité par l'agence d'Etat SPA.

«L'Arabie saoudite a toujours été transparente en ce qui concerne les contacts et les visites [de ses responsables] à l'étranger», a ajouté le porte-parole.

Plusieurs médias avaient rapporté le mois dernier que le prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane Al Saoud s'était secrètement rendu en Palestine occupée et avait rencontré des responsables israéliens. L'information n'a jamais été officiellement confirmée, même si un responsable israélien sous couvert d'anonymat avait confié à l'AFP que le responsable s'était bien rendu à Tel Aviv en septembre.

Riyad avait proposé en 2002 un plan de paix proposant une reconnaissance de l'entité sioniste par les pays arabes contre son retrait de tous les territoires occupés en 1967 et la création d'un Etat palestinien.

Si ce plan est resté lettre morte, les intérêts sionistes et des pays arabes comme l'Arabie saoudite peuvent converger sur certains sujets, comme par exemple pour faire face à l'Iran.