Le ministère de l’Education néerlandais refusait depuis 2014 de financer un nouvel établissement scolaire musulman à Amsterdam. Le lycée a été mis au ban après qu’un encadrant de l’école ait exprimé son soutien au groupe terroriste Etat islamique. 

Le Conseil d’Etat des Pays-Bas, ultime instance judiciaire administrative du pays, a estimé qu’il n’y avait « pas de raison valable pour refuser le financement ». En effet, l’établissement a condamné les propos de l’individu ainsi que toutes sorte d’extrémisme. Par ailleurs, l’homme a été exclu de l’encadrement de l’école. 

La justice a ordonné, mercredi 26 juillet, au ministère de trouver une solution de financement avant le 1er août. Deuxième lycée musulman du pays, il doit accueillir 200 étudiants à la prochaine rentrée scolaire à la fin du mois d’août. 

Sander Dekker, secrétaire d’Etat à l’Education, a exprimé son mécontentement et son inquiétude suite à la décision du Conseil d’Etat. Remettant en cause « la qualité de l’enseignement » dispensé par le l’établissement, il a déclaré sur la radio publique NOS que « nous devons faire tout notre possible pour que nos enfants obtiennent l'éducation à laquelle ils ont droit, et apprennent ce que cela signifie de faire partie de la société néerlandaise ». Il a appelé les inspecteurs académiques à enquêter sur le lycée. 

A lire: Il a déjà promis, s'il devenait Premier ministre, de fermer les mosquées, d'interdire la vente du Coran et de fermer les frontières aux immigrés musulmans