Les autorités de San Antonio, dans l'Etat américain du Texas, ont indiqué dimanche qu'une des personnes découvertes vivantes dans la remorque d'un camion, aux côtés de 8 cadavres, est décédée à l'hôpital. Les faits, dans le cadre d'un probable trafic d'êtres humains, sont donc désormais liés à "au moins 9 morts" parmi les présumés immigrants clandestins, rapporte notamment la chaîne américaine CNN. Deux des individus hospitalisés sont âgés de 15 ans seulement, selon les pompiers.

C'est l'appel téléphonique d'un employé de Walmart qui a permis dans la nuit de samedi à dimanche la découverte de 30 personnes blessées et 8 cadavres à l'arrière de l'imposant camion blanc et noir, stationné sur un parking de la chaîne de magasins situé à environ 2 heures et demi de route de la frontière avec le Mexique. Un homme, à bord du camion, avait demandé de l'eau à l'employé, qui lui a fourni à boire avant de prévenir la police.

La police a rapporté, sur base d'images de caméras de surveillance, que des véhicules étaient venus samedi soir chercher plusieurs personnes dans la remorque, sur ce même parking.

"Au moins 39 personnes" étaient cependant encore "enfermées à l'intérieur", indique le Washington Post sur base des dires du chef des pompiers. La manière dont le passager qui a demandé de l'eau est sorti du véhicule n'est pas claire. Selon le journal, la remorque était d'ailleurs ouverte quand la police est arrivée sur les lieux, peu après minuit.

Certains passagers se sont enfuis dans la pénombre, courant vers les zones arborées environnantes. Des patrouilles de police, à pied avec des chiens ou à bord d'hélicoptères, ont tenté par la suite, également dimanche en journée, de les retrouver.

"Personne n'aurait survécu"

Selon le chef des pompiers de San Antonio, Charles Hood, les personnes qui ont survécu au séjour dans la remorque souffrent d'affections diverses liées à la chaleur.

"Nombre d'entre eux risquent de souffrir de dommages cérébraux irréversibles", a-t-il expliqué aux médias. "Certains étaient sévèrement affectés par la chaleur excessive. C'était un camion réfrigéré, mais sans réfrigération".

Si la police n'avait pas découvert les malheureux, "personne n'aurait survécu" une journée de plus dans de telles conditions, a-t-il assuré à CNN.

En effet, la climatisation ne fonctionnait pas dans la remorque quand la police en a découvert les occupants, pris en charge par les secours.

La température dans la région était proche des 40 degrés samedi. Chefs de la police et des pompiers ont évoqué des personnes "très chaudes au toucher", dont les battements cardiaques dépassaient les 130 par minute.

Le chef de la police locale, William McManus, a précisé que ses détectives allaient collaborer avec les autorités fédérales de l'immigration pour déterminer "l'origine de cette horrible tragédie", rapportent différents médias. Le chauffeur du camion, James M. Bradley Jr., âgé de 60 ans, a été interpellé.

Le véhicule arborait le nom de la compagnie Pyle Transportation. Mais le propriétaire de cette entreprise, contacté par le Washington Post, a précisé que le poids lourd est la propriété du chauffeur, qui gérait ses propres livraisons et travaillait, selon lui, de manière largement indépendante.