La police israélienne a décidé de fermer l’esplanade des mosquées, la prière du vendredi a été annulée et le mufti de Jérusalem a été interpellé.

Trois hommes ont ouvert le feu ce vendredi matin sur des policiers à l'une des portes de la Vieille Ville de Jérusalem. Trois policiers ont été blessés, dont deux grièvement qui sont décédés des suites de leurs blessures. Les tireurs ont ensuite pris la fuite en direction de l'esplanade des Mosquées, l'un des lieux saints de l'islam, où ils ont été abattus par la police.

C'est une attaque rare dans les rues de la Vieille Ville de Jérusalem. Depuis près de deux ans, une vague de violence touche Israël et les Territoires palestiniens. Des attaques ont eu lieu dans la Vieille Ville, mais encore jamais à l'arme à feu.

Conséquence de cette attaque : les autorités israéliennes ont fermé l'esplanade des Mosquées pour la journée et la traditionnelle prière hebdomadaire musulmane ne pourra pas y avoir lieu. Une prière qui attire des milliers de fidèles à Jérusalem. C'est la première fois depuis des années que l'esplanade est ainsi fermée. « Ils ne laissent personne entrer. Pas même ceux de plus de 40, 50, 60 ou 70 ans. Ils ne veulent que personne vienne prier à la mosquée Al Aqsa. Et c'est la première fois de ma vie qu'ils ne laissent entrer personne pour prier », assure un quinquagénaire.

Après cette attaque, le mufti de Jérusalem, Mohammed Hussein, a été interpellé ce vendredi à Jérusalem par la police israélienne, a indiqué son fils. Le grand mufti était, au moment de son arrestation, avec d'autres Palestiniens près de la porte des Lions dans la vieille ville pour dénoncer la fermeture de l'esplanade des Mosquées à la suite de l'attaque. «Il n'y a pas de raison de fermer la mosquée pour la prière du vendredi», avait-il dit à des journalistes. Il a annoncé sa libération en fin d'après-midi. son fils a précisé qu'il avait été interrogé «par les policiers sur ce qu'ils ont qualifié d'incitation à la violence à propos de son appel lancé aux musulmans à venir à Jérusalem».

XVM8db9b95c-6897-11e7-be1f-983a16a23b1a

Plus tôt dans la matinée, trois Arabes israéliens, originaires de la ville de Oum el-Fahm dans le Nord, ont ouvert le feu dans la Vieille Ville de Jérusalem, tuant deux policiers, avant d'être abattus sur l'esplanade des Mosquées. Les deux policiers Kamil Shanan et Hail Satawi, âgés respectivement de 22 et 30 ans, étaient tous deux membres de la minorité arabe druze d'Israël, très présente dans la police et l'armée, a précisé le porte-parole de la police israélienne, ajoutant qu'un troisième avait été blessé légèrement dans l'attaque. C'est la première attaque d'une telle ampleur à l'arme à feu depuis des années à l'intérieur des remparts de la Vieille ville, située à Jérusalem-Est annexée et occupée par Israël, soulignent les commentateurs.

A lire: Facebook ferme la page du parti de Mahmoud Abbas