Porté en triomphe par des milliers de partisans. L’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade est arrivé lundi à Dakar pour participer à la campagne des élections législatives du 30 juillet.
Cela fait plus de deux ans qu’il n‘était pas apparu sur la scène publique Sénégalaise, lui qui réside en France.

A 91 ans, il conduit une liste d’opposition avec une coalition menée par le PDS, dont il est toujours le chef. Selon des observateurs, une victoire de l’opposition lui permettrait d’obtenir une amnistie pour son fils. l’ ancien ministre Karim Wade, condamné à six ans de prison ferme et à plus de 210 millions d’euros d’amende pour “enrichissement illicite”.

La campagne électorale s’est ouverte dimanche. Elle va durer jusqu’au 28 juillet.

Abdoulaye Wade : "...Que Macky Sall ne soit pas surpris si on l'envoie à la CREI" 
"Je suis là devant les militants et les alliés. Et je veux aider les Sénégalais. Je dis que notre liste est l'espoir du Sénégal. Macky Sall et ses alliés ont tout fait pour saboter le processus électoral. Ils ne savent pas que même ceux qu'ils ont inscrits, vont voter pour moi", a raillé l'ancien président du Sénégal, avant de demander au président de la République de faire tout pour qu'il n'y ait pas d'histoires et que les gens votent pour qu'enfin, le meilleur gagne. 

"S'il renvoie les élections, nous irons dans les bureaux de vote, voter et aussi compter les résultats pour nous-mêmes. S'il n'a plus de majorité, mieux vaut qu'il parte. Je peux même lui donner mon jet privé. Il pourra le prendre avec sa femme et ses enfants et s'en aller où il veut. S'il n'écoute pas mes conseils, qu'il ne soit pas surpris si on l'envoie à la Crei. Il sera à l'origine de ses propres malheurs", a martelé la tête de liste nationale de la coalition gagnante Wattu Senegaal. 

Cependant, il a renseigné que le meeting d'ouverture de sa coalition prévu à Mbacké et qu'il va présider, est reporté à mercredi. De même que les visites de présentation de condoléances à Tivaouane et Pire et son séjour à Touba. A la place, il va recevoir aujourd'hui, les responsables du Pds et ses alliés. 

A lire: 1 873 ONG africaines portent plainte contre Nicolas Sarkozy pour «déstabilisation de l'Afrique»