Selon l’étude annuelle de l’institut Ipsos en partenariat avec la fondation Jean-Jaures pour le journal Le Monde publiée ce lundi, 60% des Francais considèrent que «l’islam est incompatible avec les valeurs de la République» et 65% d’entre eux estiment qu’«il y a trop d’étrangers en France».

Ces thématiques, sur lesquelles se sont appuyés certains candidats à l’élection présidentielle, les candidats de la droite et du Front National en l’occurrence, ont accentué les divisions entre les Français qui, clairement, perçoivent la présence des étrangers comme un handicap à la cohésion nationale car, estiment-ils, «les immigrés ne font pas d’efforts pour s’intégrer en France», affirmant, par ailleurs, ne plus se sentir «chez eux comme avant» et que l’islam veut «imposer son mode de fonctionnement aux autres», et ceux qui pensent, au contraire, que les étrangers apportent un plus à la République.

L’étude révèle que toutes les catégories socioprofessionnelles partagent majoritairement cet avis. 77% de la classe ouvrière, 66% des employés, 57% des professions intermédiaires et 46% des cadres partagent les craintes d’un «islam porteur des germes de la violence et d’intolérance».
Sur ces questions, cette étude met également en relief et confirme le clivage entre la gauche et la droite. Ils sont 95% à l’extrême droite et 83% des sympathisants de la droite à considérer «le nombre des étrangers trop important». Seuls 46% des proches du PS et 30% de la France insoumise partagent le même constat.

L’élection d’Emmanuel Macron devait, en principe, atténuer les peurs. Il n’en est rien. Non seulement les chiffres sont en hausse par rapport à l’année 2016 mais les Français sont de plus en plus nombreux à exprimer ouvertement leur hostilité à l’égard de la religion musulmane et à l’encontre des immigrés.

A lire: François Fillon visite la plus ancienne mosquée de France: "Je me bats pour toutes les religions"