Alors que ses prédécesseurs mettaient un point d'honneur à organiser un repas de fin de ramadan à la Maison Blanche, Donald Trump a préféré rompre la tradition, alors que ce week-end marquait la fin du mois de jeûne musulman.

C’est une première depuis 1996, date à laquelle, Hillary Clinton, l’épouse du président Bill Clinton, avait réinstaurée cette fête à l’occasion de l’Aïd el-Fitr en accueillant des invités à la Maison Blanche.

«  Au nom du peuple américain, Melania et moi envoyons nos sincères salutations aux musulmans qui fêtent l’Aïd al-Fitr  », a déclaré Donald Trump dans un communiqué. «  Durant cette fête nous est rappelée l’importance de la pitié, de la compassion et de la bienveillance  », a-t-il ajouté. «  Avec les musulmans de par le monde, les Etats-Unis renouvellent leur engagement à respecter ces valeurs  ».

La Maison-Blanche avait dans le passé célébré l’Aïd al-Fitr, la fête marquant la fin du ramadan, par un dîner ou une réception, une tradition née en 1996 sous la présidence de Bill Clinton. Mais le secrétaire d’Etat Rex Tillerson aurait rejeté une demande de ses services pour organiser un tel événement cette année.

Des « salutations » mais pas de dîner. La fête de rupture de jeûne à la fin du ramadan a été observée à la Maison Blanche pour la première fois en 1805, le président Thomas Jefferson recevant un ambassadeur tunisien et partageant alors ce repas, précise le quotidien le Washington Post.

Cette annulation s’inscrit dans un contexte de défiance de la part de la présidence américaine vis-à-vis des musulmans. Donald Trump souhaite en effet empêcher, par décret, l’entrée sur le sol américain aux ressortissants de plusieurs pays musulmans. Le décret pris par le président a été suspendu en mars, puis confirmé en mai.

A lire: Le Président de la République Emmanuel Macron participe à l’IFTAR