La mosquée al-Nouri, où Abou Bakr al-Baghdadi s’était présenté comme calife en juillet 2014, a été dynamitée mercredi par les djihadistes. Sa physionomie fascinante autant que son histoire en faisait le symbole de Mossoul et le point de mire de la reconquête entamée en octobre par l’armée irakienne et la coalition internationale.

Le 29 juin 2014, l’organisation État islamique proclame l’instauration d’un "califat" sur les territoires syriens et irakiens qu’elle contrôle et nomme un calife : Abou Bakr al-Baghadi. Une vidéo, tournée dans la mosquée al-Nuri, à Mossoul, en Irak, immortalise l’évènement. Ce sera la seule et unique apparition du désormais chef de l’organisation État islamique.

Alors qu’elle avait lancé l’assault sur la vieille ville de Mossoul, dernier bastion des jihadistes, le 18 juin dernier, l’armée irakienne a annoncé que la célèbre mosquée avait été détruite mercredi 21 juin par l’organisation État islamique elle-même. 

L'organisation djihadiste a rapidement réagi par le biais de son agence de propagande Aamaq en accusant l'aviation américaine d'avoir détruit les deux monuments lors d'un bombardement.

Le premier ministre irakien Haïder Al-Abad a déclaré que la destruction par les djihadistes de Daech de la mosquée Al-Nouri était un aveu de défaite.

7076022_minaretok

Mercredi, vers 21 heures, les djihadistes ont dynamité al-Nouri. Les soldats irakiens les plus avancés n’étaient plus qu’à une cinquantaine de mètres. L’agence de propagande de l’Etat islamique en impute la faute à l’aviation américaine. Difficile à croire. En la détruisant, comme ils avaient explosé les ruines de Ninive, la mosquée Nabi Younès et à peu près tous les lieux patrimoniaux tombés entre leurs mains, les soldats du califat frustrent l’armée irakienne.

Car les troupes gouvernementales ne décrocheront pas l’étendard noir qui flottait au-dessus du minaret pour y substituer les couleurs nationales. Il n’y aura pas de photographie pour l’histoire. La défaite totale de l’Etat islamique en Irak, comme entité territoriale, à défaut de l’être comme entité terroriste, n’en est pas moins désormais programmée.

A lire: Plus de 30.000 musulmans du monde entier se rencontrent au Royaume-Uni pour rejeter Daesh et l'extrémisme islamique