L'organisation, régulièrement accusée de communautarisme, change de nom mais ne fait pas taire les critiques. Si elle appelle les musulmans à voter «en tant que citoyens», son président regrette néanmoins l'adoption du «mariage pour tous».

A l'occasion d'un grand rassemblement au Parc des expositions du Bourget (Seine-Saint-Denis), l'Union des organisations islamiques de France a officialisé son changement de nom : l'organisation controversée s'appelle désormais Musulmans de France.

Ce changement, sous ses airs anecdotiques, n'est pas du goût de tout le monde. Estimant qu'il révèle une «stratégie communautariste», Lydia Guirous, membre des Républicains (LR), dénonce l’ambiguïté dont serait porteur le nouveau nom qui soulignerait l'appartenance religieuse plutôt que la nationalité.

«Elle porte en elle l'islam politique et hégémonique qui est le poison mortel de nos démocraties» écrit Lydia Guirous au sujet de l'UOIF dans une tribune publiée par Valeurs Actuelles ce 15 avril, en appelant à sa dissolution. C'est également la position défendue par Marine Le Pen. La candidate du Front national a dénoncé un «islam radical» s'implantant en France grâce à un réseau de «100 mosquées et 250 associations». Proche des Frères musulmans, l'UOIF figure notamment sur la liste des organisations terroristes des Emirats arabes Unis et fait l'objet de nombreuses accusations de la part de ses détracteurs qui voient un elle un relais de l'islam politique en France.

Une seule consigne aux musulmans : «Allez voter !»

«La consigne que nous vous donnons, c'est: votez ! Il faut aller voter !», a lancé à la tribune, Amar Lasfar, président de l'ex-Union des organisations islamiques de France. Rappelant que l'UOIF n'a «jamais donné de consigne de vote à l'occasion d'une élection», il a insisté sur la nécessité pour les musulmans de voter «en tant que citoyen, pas en tant que musulman», avant de rendre hommage à l'ancien ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, aujourd'hui Premier ministre, dont «les discours allaient dans l'apaisement, le respect du culte musulman». 

A lire: Les musulmans en Marche avec Macron ?