Après ses propos très controversés sur la responsabilité de la France lors de l’Occupation et de la déportation des Juifs de France, Marine Le Pen a tenté de repréciser ses positions par rapport à l’antisémitisme et à Israël lors d’une interview accordée au journal israélien Makor Rishon.

Affirmant avoir « toujours été très claire sur ce sujet », Marine Le Pen en a profité pour tacler ses concurrents — « Il y a des antisémites, y compris aux côtés de François Fillon, Emmanuel Macron, comme il y en a eu aux côtés de Mitterrand et même de Gaulle », a-t-elle affirmé — mais aussi son père : « Tout le monde sait que j’ai eu une scission avec mon père à ce sujet, même si cela m’a beaucoup blessée, parce que c’est mon père », a assuré Marine Le Pen qui rappelle que « beaucoup de juifs français votent » pour le Front National, « car ils savent très bien que non seulement je ne suis pas antisémite, mais que je suis l’arme la plus fiable pour les défendre » contre l’Islam radical.

Interrogée sur le mouvement de boycott des produits israéliens, là aussi, la candidate s’est voulue claire : « Je suis contre (BDS). Je pense que le Parlement européen a fait une erreur en soutenant le mouvement BDS, mais ce dernier est un lobby très fort. Quoi qu’il en soit, en France, BDS est interdit », a indiqué la candidate à la présidentielle. Se disant « vexée » que Netanyahu ne veuille « pas de relations » avec le FN si celui-ci arrivait à l’Elysée, Marine Le Pen a tenté de brosser le Premier ministre israélien dans le sens du poil : « Israël est un Etat souverain et a le droit de fixer sa capitale où il veut, a-t-elle affirmé. Ce n’est pas à nous, Français, de décider quelle sera la capitale de l’Etat d’Israël. » Et la favorite des sondages de rappeler ses points communs avec les dirigeants israéliens : « Chaque jour (en France), des jeunes juifs sont insultés, humiliés, frappés. Israël aussi se défend et protège sa souveraineté nationale, comme je veux le faire pour la France. »

Marine Le Pen "vexée" par Israël

Interrogée sur la politique israélienne, Marine le Pen en a profité pour exprimer son amertume envers le gouvernement de Netanyahou. Elle s’est dit "vexée" de l’attitude d’Israël qui "ne veut pas de relations avec nous".

Le gouvernement israélien refuse tout contact avec le Front national français "étant donné l'idéologie et l'histoire de ce parti" avait précisé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon, et a décliné les demandes de rencontre officielle avec des cadres du parti à plusieurs reprises.

"Israël aussi se défend et protège sa souveraineté nationale, comme je veux le faire pour la France, alors pourquoi cette attitude à mon égard?", a-t-elle déploré.

A lire:''Je ne me voilerai pas'' Marine Le Pen refuse de porter le voile pour rencontrer le mufti à Beyrouth