Le président des États-Unis a récemment traité le président syrien d'animal». La diplomatie syrienne a répondu à l'insulte, soulignant que c'est au peuple syrien de donner les caractéristiques de son chef d'État.

« Si vous êtes un animal vous-mêmes, il ne faut pas penser que les autres sont vos égaux. Bachar el-Assad est le président d'un État souverain, il a été élu par le peuple. C'est donc le peuple syrien et non Donald Trump qui doit donner ses caractéristiques », a déclaré à Sputnik Ayman Soussan, vice-ministre syrien des Affaires étrangères.

Traitant Bachar el-Assad d'« animal », le chef de l'État américain Donald Trump a souligné que l'administration de Barack Obama avait dû décider de frapper la Syrie avec des missiles.

Le 11 avril, Donald Trump avait déclaré sur la chaîne Fox Business que «si la Russie n’était pas aller soutenir cet animal [Bachar el-Assad], il n’y aurait pas eu de problèmes».

Le même jour, le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer avait comparé le chef d’Etat syrien au dirigeant du IIIe Reich, précisant : «Une personne aussi abjecte que Hitler n'a pas utilisé de gaz sur son propre peuple de la même façon qu'Assad». Le responsable américain avait ensuite présenté ses excuses aux victimes de l’Holocauste.

Le 7 avril, les Etats-Unis ont bombardé la base aérienne de l’armée syrienne d’Al-Chaayrate, un acte qualifié d’«agression» et de «viol éhonté des principes du droit international» par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

A lire: “Poutine est un tueur. C’est un meurtrier” dit le journaliste de la chaîne américaine Fox News