En déplacement en Tunisie, Najat Vallaud Belkacem a signé ce 31 mars une convention avec son homologue tunisien. La Tunisie mettra notamment à disposition de la France des professeurs, rémunérés, pour enseigner l’arabe dès l'école primaire.

Selon cette convention, la Tunisie mettra aussi à disposition de la France des professeurs, rémunérés, pour enseigner l’arabe dès l’école primaire.

«Nous préparons et travaillons sur cet accord depuis un peu plus d’un an et demi», a dit Adel Jarboui conseiller du ministre de l’Education.
«Des professeurs tunisiens vont venir enseigner en France», détaille Adel Jarboui. 

La nouvelle est plutôt passée inaperçue en France, bien que relevée par Valeurs Actuelles, lequel avait repris de nombreux mais brefs articles consacrés à la signature de la convention dans la presse tunisienne.

Polémiques en cascade

En juin 2016, Najat Vallaud Belkacem avait provoqué un tollé, notamment sur la droite de l'échiquier politique, en annonçant la mise en place de l'apprentissage plus précoce, dès le CP, des langues vivantes étrangères. Au nombre desquelles, précisément, l'arabe.

A lire: Le texte qui fonde un islam en France