La polémique enfle et les réactions s'enchaînent dès qu'une coalition d'associations tunisiennes s'est mobilisée, lundi, pour le retrait d'une circulaire interdisant le mariage des Tunisiennes musulmanes avec des non-musulmans, en dénonçant "une aberration" violant la liberté de conscience inscrite dans la Constitution de 2014.

Même si le mariage est célébré à l’étranger, il ne pourra être enregistré en Tunisie. S’appuyant sur une interprétation de versets coraniques, la doctrine musulmane la plus ancienne autorise en revanche les musulmans à se marier avec une non-musulmane, sans que celle-ci ne soit formellement obligée de se convertir.

Il n’existe pas de statistiques fiables et précises sur le sujet mais ce texte « remet en cause un droit fondamental pour tout être humain : le choix libre du conjoint », déplore le collectif dans un communiqué. « Cette prohibition est une souffrance pour des milliers de Tunisiennes et leurs familles », qui sont « privées de leur droit fondamental à la sécurité juridique ».

Le collectif comprend notamment l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), « A9aliyat », association tunisienne de soutien aux minorités, le Collectif civil pour la défense des libertés individuelles, le Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), la Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), le Forum Tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) ou encore la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH).

Que dit la religion ?
"Il est formellement interdit pour une musulmane de contracter mariage avec un non musulman et ce quel que soit la religion de ce dernier. Tandis qu’il est permis pour le musulman de se marier avec une non musulmane, notamment chrétienne ou juive puisque ces dernières sont considérées des monothéistes," indique le site les cahiers de l'Islam.

Il y a dans le Coran, un seul verset qui parle de ce sujet de façon évidente: "Et n'épousez pas les femmes associatrices tant qu'elles n'auront pas la foi, et certes, une esclave croyante vaut mieux qu'une associatrice, même si elle vous enchante. Et ne donnez pas d'épouses aux associateurs tant qu'ils n'auront pas la foi, et certes, un esclave croyant vaut mieux qu'un associateur même s'il vous enchante. Car ceux-là [les associateurs] invitent au Feu; tandis qu'Allah invite, de part Sa Grâce, au Paradis et au pardon. Et Il expose aux gens Ses enseignements afin qu'ils se souviennent!" Coran 2 ;221.

A lire: Comment choisir son époux en islam ?