Quarante-huit heures après de nouvelles sanctions américaines, l'Iran a imposé en retour des mesures de rétorsion contre 15 entreprises américaines accusées de violations des droits de l'homme et de coopération avec Israël, annonce dimanche l'agence officielle de presse Irna.

Cité par l'agence, le ministère des Affaires étrangères dénonce leur implication dans le "terrorisme" d'Israël contre les Palestiniens et dans l'extension des colonies juives de Cisjordanie. Il affirme également que les entreprises concernées ont "violé de manière flagrante les droits de l'homme".

Sont notamment visées par ces sanctions l'entreprise spécialisée dans les technologies de défense Raytheon et United Technologies, un conglomérat présent notamment dans l'aéronautique et les systèmes de climatisation.

La décision iranienne est est largement symbolique car les ressortissants et sociétés américaines n'ont pas le droit de faire des affaires avec l'Iran sauf exception.

Ainsi, la compagnie Boeing avait obtenu l'autorisation du Trésor américain pour signer un contrat pour la vente de 80 appareils à Téhéran.

Parmi les sociétés américaines visées par Téhéran, figurent la compagnie United Technologies dont la branche de défense est accusée de vendre des hélicoptères à Israël, ITT Corporation active dans 100 pays et spécialisée dans les composants industriels ou encore Bushmaster Firearms International qui fabrique des armes à feu.

Téhéran les accuse de fournir des équipement ou des armes à Israël pour être "utilisés contre les Palestiniens".

La compagnie Re/Max Real Estate est aussi accusée par Téhéran "d'acheter et de vendre des logements dans les colonies situées dans les territoires occupés" palestiniens.

La décision iranienne intervient alors que le Congrès américain prépare une nouvelle loi qui qualifiera le corps des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime iranien, de "groupe terroriste".

Les Gardiens de la révolution sont notamment chargés du programme balistique de l'Iran mais possèdent aussi des sociétés présentes dans différents secteurs économiques du pays, dont celui de l'énergie.

A lire: Iran: Installation d'un tableau de compte à rebours de la destruction d'Israël