Mercredi, une cinquantaine de musulmans a été expulsée par des CRS de leur précédente salle de prière. Vendredi à 13h, ils étaient environ 1.500 à prier devant l'hôtel de ville de Clichy.

La situation était sous tension ce vendredi à Clichy-la-Garenne. De légers incidents ont éclaté dans l’après-midi dans la commune des Hauts-de-Seine après qu’un millier de fidèles musulman ont participé à une prière de rue organisée devant la mairie. Leur objectif : protester contre la fermeture cette semaine de leur lieu de culte. Mercredi en effet, la police avait évacué de force la mosquée, qui doit être transformée en médiathèque. 

Réunies dans le calme aux environs de 13H, entre 1200 et 2000 personnes (respectivement selon la police et les organisateurs) ont écouté le prêche de l'imam et les diverses interventions sur une petite place faisant face à l'Hôtel de ville. Le tout sous bonne garde des CRS et de leur propre service d'ordre. 

La prière du vendredi a lieu devant l_hôtel de ville

La police porte à 1.200 le nombre de personnes à s’être rassemblées devant l’hôtel de ville de Clichy. Et les organisateurs avancent 2.000 fidèles. Des centaines de musulmans se sont prosternés sur des tapis posés sur les pavés. Ils rêvent de bâtir une mosquée. « Nous sommes 20.000 musulmans à Clichy-la-Garenne. La mairie nous retire notre lieu de culte et nous laisse une autre salle, déjà utilisée, rue des Trois-Pavillons. Mais nous avons besoin d’espace. Nous avions 1.200 m2 dans la salle rue d’Estienne-d’Orves », explique le président de l’UAMC, Hamid Kazed.

La salle dont l’UAMC devrait disposer atteint une surface totale de 1.800 m2. « Certes, ce lieu est assez grand, seulement, par tradition, la prière, chez nous doit se pratiquer au rez-de-chaussée [450 m2, indique-t-on à 20 Minutes] et les étages au-dessus sont dédiés au cours d’arabe et à d’autres services », soutient Hamid Kazer. Le président de cet organisme qui regroupe en tout 11 associations sur la commune de 60.000 habitants, décrit l’absence de communication avec la mairie. « Le maire refuse toute négociation », lance-t-il au micro.

A lire: Adele embrasse la main d’une fan voilée lors de son concert en Australie