Des centaines de Néerlandais ont assisté à un débat national sur l'islam dans la plus grande mosquée des Pays-Bas, à cinq jours des élections législatives pour lesquelles des sondages maintiennent le parti de Geert Wilders à la deuxième place.

Le 10 mars, quelque 400 personnes ont posé des questions, applaudi, crié, hué, ri dans l'impressionnante mosquée Essalam de Rotterdam, au cours d'un débat très animé au sujet de l'islam qui est devenu l'un des principaux thèmes de la campagne électorale de Geert Wilders en vue du scrutin du 14 mars. Il a déjà promis, s'il devenait Premier ministre, de fermer les mosquées, d'interdire la vente du Coran et de fermer les frontières aux immigrés musulmans.

Autour de thèmes allant de l'identité néerlandaise aux discriminations, au djihadisme et à la séparation entre l'Eglise et l'Etat, les arrivés ont fait part de leurs inquiétudes, de leurs peurs et de leur incompréhension quant aux divisions qu'ils ressentent au sein de la société.

"L’idéologie islamique ne doit plus être présente aux Pays-Bas". Comme souvent, le chef du PVV a préparé une petite provocation. Il lance des attaques contre la "racaille marocaine".  Et s’en prend encore une fois l’Islam : "je ne crois pas que l’Islam soit une religion, c’est une idéologie et il faut le traiter en tant que telle. L’idéologie islamique ne doit plus être présente aux Pays-Bas, parce que sinon nous ne serons plus un pays libre. Regardez comment je dois faire campagne ! Je suis l’un des rares hommes politiques qui osent parler franchement des dangers de l’Islam. Résultat, je dois déjà repartir, selon ce que me disent mes gardes du corps… ‘"

Le Coran, par exemple, si l’on regarde l’antisémitisme, le Coran contient plus d’antisémitisme que “Mein Kampf”, le livre d’une autre idéologie violente totalitaire. Donc je n’aurais pas de Coran aux Pays-Bas, tout comme nous avons interdit Mein Kampf.

Je crois que le Coran et l’Islam, plus particulièrement, peuvent être habillés comme une religion, il a un livre saint, il a un temple, il a des imams, mais en réalité ce n’est pas une religion, mais une idéologie.

Les jeunes enfants en Hollande, que vous voulez intégrer au nout du compte, veulent avoir des amis hollandais, une vie normale dans la société, ils ne devraient pas pouvoir aller à l‘école islamique et grandir et être éduqués dans l’intolérance, la haine et la violence. Je crois que les droits constitutionnels ne devraient même pas être accordés à quelque chose qui n’est pas une religion, mais une idéologie.

Les sondages montrent que le PVV de Geert Wilders va probablement doubler ses sièges au parlement. Mais pourra-t-il pour autant gouverner ? Il lui faudrait la majorité absolue, car tous les partis traditionnels refusent de s’allier à lui.

Les élections néerlandaises sont les premières à se tenir quelques semaines avant les scrutins présidentiel et législatif en France, et les élections législatives en Allemagne. Trois Etats européens où les partis populistes et d’extrême droite, usent, entre autres choses, de la peur de l‘étranger, pour tenter de se faire élire.

A lire: «La France ce n’est pas le burkini sur les plages.Moi je suis opposée au port du voile dans l’espace public»