La capitale n'en avait pas construit depuis la fin du joug ottoman, au début du XIXe siècle.

La première démocratie de l’histoire pourrait bientôt avoir… sa première mosquée. Avec environ 300 000 musulmans, Athènes ne dispose, jusqu’à aujourd’hui, d’aucun lieu de culte consacré à l’Islam. Obligés prier dans des sous-sols ou des entrepôts, les musulmans attendent leur mosquée avec impatience. Malgré les différentes annonces faites par les autorités, la retenue est de rigueur. La communauté musulmane est en effet échaudée par les promesses non tenues de construction de mosquée. Pour ce projet, l’Etat grec va en tout cas mettre la main à la poche en allouant 946 000 euros pour les travaux. Le lieu de culte fera 500 mètres carrés dans le quartier d’Elénoa et pourra accueillir jusqu’à 400 fidèles.

Mais les musulmans grecs préfèrent attendre de voir leur mosquée pour y croire. La fin des travaux est prévue pour la fin du mois d’avril. Mais ils doivent composer avec des opposants très virulent, des néo-nazis d’Aube dorée aux popes les plus radicaux de l’Eglise orthodoxe. Qui ne savent sans doute par que leur architecture doit beaucoup aux musulmans de l’Empire ottoman. Le grand bâtiment à arcades sur la place de Monastiraki au centre-ville, rappelle RFI, est par exemple une ancienne mosquée. Mais cela faisait de nombreuses décennies que les musulmans du pays attendaient un nouveau lieu de culte. Dans deux mois, ils l’auront. Celui-ci sera géré par des représentants de l’Etat assistés de deux représentants musulmans. L’imam, lui, sera sunnite et de nationalité grecque.

A lire: L’Islam deviendra en 2070 la première religion mondiale