Les propos de Marine Le Pen, qui a prôné la veille sur France 2 l'interdiction de la double nationalité franco-israélienne, ont suscité l'indignation de l'organisation Qualita, qui fédère des associations et des communautés francophones en Israël.

Dans une France avec Marine Le Pen au pouvoir, les citoyens juifs seraient forcés de renoncer à leur citoyenneté israélienne, a dit la présidente du Front national jeudi.” C’est le journal israélienHa’Aretz qui rapporte les propos de la candidate du FN, ce vendredi 10 février au matin, comme une grande partie de la presse israélienne.

Sur France 2, jeudi soir, la candidate à l’élection présidentielle a en effet déclaré : 

Israël n’est pas un pays européen. Je crois que même Israël accepte de le dire et de le penser. Je suis contre la double nationalité extra-européenne.”

Face à la réponse de la candidate, la journaliste insiste : «Donc vous demandez ce soir aux juifs français qui nous regardent de renoncer, s'ils voulaient avoir une double nationalité.»

«Eux et les autres [...]. Ce n’est pas aux juifs mais aux Israéliens à qui je demande de choisir leur nationalité», rétorque alors la présidente du Front national.

Selon Marine Le Pen, cette interdiction d'une double-nationalité, qu'elle appliquerait si elle arrivait au pouvoir, "ne veut pas dire d'ailleurs que s'ils (les binationaux, NDLR) ne choisissent pas la nationalité française, ils devront partir de France, la France a parfaitement la possibilité d'accueillir sur son sol, y compris pour un temps long, des gens qui sont étrangers, qui gardent la nationalité étrangère". 

La candidate du FN a également tenté de justifier son souhait d'interdire tout signe religieux dans l'espace public, y compris les kippas. Mais en évoquant l'extension de la loi de 2004 qui concerne déjà les écoles, elle notait que les "petites croix" et les "petits kippas" étaient déjà "autorisées", donc qu'elle n'avait pas l'intention de les proscrire contrairement aux autres "signes ostensibles". En réalité, les kippas, considérées comme ostensibles, ne sont déjà pas autorisées à l'école.

A lire: Marine Le Pen: "Tout sauf Hillary Clinton"