Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a condamné lundi le décret signé par le président américain, Donald Trump, qui interdit temporairement l'entrée aux Etats-Unis aux réfugiés et aux citoyens de sept pays à majorité musulmane.

"La discrimination basée uniquement sur la nationalité est interdite par les droits de l'Homme", a-t-il souligné par le biais du compte twitter de son bureau.

"L'interdiction d'entrée est aussi une décision mesquine qui gâche les ressources requises pour vraiment combattre le terrorisme", a-t-il ajouté.

Obama estime «les valeurs fondamentales» menacées

Barack Obama avait promis de se tenir à l'écart du débat politique sauf si «les valeurs fondamentales» de l'Amérique étaient menacées : dix jours seulement après son départ de la Maison Blanche, il a jugé que c'était déjà le cas, encouragé par «le niveau de mobilisation» à travers le pays. 

«Le président (Obama) est en désaccord fondamental avec la notion de discriminer des individus en raison de leur croyance ou de leur religion», a déclaré son porte-parole, Kevin Lewis.

A lire: Chaos et tollé dans le monde entier après le décret anti-musulmans de Donald Trump