L'ancien dirigeant de l'Union soviétique appelle, dans une tribune, à la désescalade en matière d'armements, notamment nucléaires. Mikhaïl Gorbatchev argue qu'il faut "éviter la guerre" pour pouvoir affronter les grands défis à venir.

Mikhaïl Gorbatchev a beau avoir 85 ans, il est inquiet. Il est inquiet de la situation actuelle qu'il juge "trop dangereuse". Inquiet de cette course à l'armement et au nucléaire qui pourrait bien mener selon lui à une Troisième guerre mondiale, a-t-il fait savoir dans l'hebdomadaire Time

L'ancien dirigeant de l'Union soviétique a même directement interpellé les deux grandes puissances: la Russie et les Etats-Unis. Aux président Donald Trump et Vladimir Poutine, il leur demande de faire interdire le nucléaire a des fins militaires via le Conseil de sécurité des Nations Unies (ONU). 

Des politiques belliqueuses

Pourquoi? Parce que "la menace nucléaire semble une fois de plus réelle. Depuis plusieurs années, les relations entre les grandes puissances vont de mal en pis. Les partisans de l'armement et du complexe militaro-industriel se frottent les mains", écrit-il, cité par Le Parisien. Et d'évoquer les sous-marins dont "une seule salve est capable de dévaster la moitié d'un continent".  

Selon Mikhaïl Gorbatchev, l'ambiance belliqueuse qui règne dans le monde actuel ne serait qu'un ciel gris avant l'orage. "C'est comme si le monde se préparait pour la guerre", poursuit-il, avant de préciser: "De plus en plus de troupes, de chars et de véhicules blindés sont transportés en Europe. Les forces l'Otan et de la Russie qui se tenaient jadis à distance sont maintenant placées plus près l'une de l'autre". 

"Eviter la guerre"

Il n'est pas rare d'entendre Mikhaïl Gorbatchev exprimer son opinion. Lui qui, dans les années 80, avait engagé avec les Etats-Unis un processus de réduction des armements nucléaires, s'inquiète de voir l'Histoire se répéter : "Aujourd'hui encore, la menace nucléaire paraît à nouveau possible".

Gorbatchev alarme sur les "relations entre les grandes puissances [qui] sont allées de mal en pis depuis plusieurs années". "Il faut mettre un terme à cette situation", martèle l'ex-dirigeant soviétique. Il va jusqu'à dire que la guerre contre le terrorisme, "qui est évidemment importante", n'est pas une tâche "suffisante". Gorbatchev appelle à voir plus loin : "L'objectif devrait être, encore une fois, d'éviter la guerre".

Car, aux dires de "Gorbi", "aucun des problèmes auxquels nous avons à faire face ne saurait être résolu par la guerre". Il liste ces problèmes : la pauvreté, l'environnement, les migrations, l'accroissement de la population et l'épuisement des ressources. Et ce message, Gorbatchev l'adresse non seulement à Vladimir Poutine et à Donald Trump, mais aussi au Conseil de sécurité de l'ONU. "Le moment est venu d'agir !"

A lire: "Les jours de la civilisation occidentale sont comptés, Islam construit les civilisations nouvelles" (le philosophe Michel Onfray)