Pendant son meeting à Montreuil, ce jeudi 26 janvier, le candidat à la primaire de la gauche a dénoncé "la tradition raciste et xénophobe" de l'extrême droite.

Il en a profité pour mettre les choses au point et envoyer quelques piques à l'extrême droite. Pendant son meeting à Montreuil, le jeudi 26 janvier, Benoît Hamon a répondu à ceux qui critiquent sa vision de la laïcité en le surnommant Bilal.

Il avait commencé par revenir sur le déroulé de sa semaine. Après avoir créé la surprise en remportant 36,4% des suffrages de la primaire de la Belle Alliance Populaire, Benoît Hamon s'est vu affubler d'"un nouveau nom de baptême".

Le candidat à la primaire de la gauche a dénoncé la tradition "raciste, xénophobe, antisémite, islamophobe" de l'extrême droite à qui il doit selon lui le surnom "Bilal". Mais Benoît Hamon a pris le parti de marquer une franche opposition avec l'idéologie d'extrême droite en les remerciant de lui avoir donné ce nouveau nom qui a émergé de sites Internet.

Poussé par ses supporters, le député des Yvelines ne se prive pas d'appuyer sur la vision de la gauche qu'il défend face à son rival du second tour : « On cible l'utopiste face au réaliste. Comme si ce réalisme qui nous a fait perdre toutes les élections depuis 2012 nous ferait gagner demain. »

Attaqué par son adversaire sur sa « naïveté » sur les questions de laïcité, Benoît Hamon s'est dit « blessé » par ces critiques, se présentant comme le garant du « vivre ensemble » : « L'extrême droite m'a affublé d'un nouveau nom, Bilal Hamon. C'est un très joli prénom. Je serai fier qu'on m'appelle Bilal, ou même Élie, ou David, tous ces prénoms qu'ils détestent. » Enthousiasmée, la foule l'acclame en coeur : « Bilal ! Bilal ! Bilal ! »

Après les questions de société, place à l'économie. Le candidat confirme alors que, lui président, il inscrira l'instauration du revenu universel pour les 18-25 ans dès la loi de finances de 2017. Un revenu universel dont le montant a une nouvelle fois changé. Après 800 euros ou encore 750 euros, il chiffrait jeudi soir cette aide sociale à 600 euros. Toutefois, il ne varie pas sur le coût de la mesure : 45 milliards d'euros.

L’invitée de BFMTV le 20 janvier: "Obama déteste l'Amérique.Il était plus musulman que chrétien dans son coeur"