Dans un entretien avec Andrea Mitchell, le secrétaire d'Etat sortant John Kerry, discute des efforts de l'administration Obama au cours des dernières années pour vaincre le président syrien Bashar al-Assad en armant et en fournissant des rebelles dans ce pays.

«  Quand le président Poutine s'y est impliqué , il l'a fait en partie pour soutenir le président Assad, mais aussi parce que l'État islamique y gagnait du terrain. Les extrémistes radicaux étaient en train de gagner du terrain face à Assad et celui-ci se trouvait en l'occurrence dans une position politique très fragile. Ainsi, l'Iran et la Russie étaient tenus de lui donner un coup de pouce (au président Assad, ndlr) et de le protéger en vue d'une éventuelle prise du pouvoir par les extrémistes  », a-t-il confié aux journalistes.
Il a également indiqué qu'à l'époque, la possibilité d'une telle transition du pouvoir inquiétait Washington et que la Russie et l'Iran avaient obtenu «  des changements majeurs  » dans ce domaine.
Notre interview avec Brandon Turbeville: Vous cherchez le siège de Daesh? Regarder les capitales occidentales au lieu du désert syrien