Les agences de renseignement des Etats-Unis ont mis en cause le président russe dans les attaques informatiques contre l'élection présidentielle. Mais Donald Trump estime que ceci n'a pas influé sur le résultat.

La Russie aurait bien mené une « campagne de piratage d'envergure » pour saboter l'élection présidentielle américaine et l'opération aurait été ordonnée par le président Vladimir Poutine lui-même dans le but de faire élire Donald Trump à la Maison Blanche. Ce sont les principales conclusions d'un rapport de 14 pages qui a été rendu public ce vendredi par les agences de renseignement des Etats-Unis qui n'hésite donc pas à mettre en cause directement le président de la Fédération de Russie.

Une source proche du dossier a confié jeudi 5 janvier au Wall Street Journal que le président Donald Trump a déjà entamé des consultations avec ses conseillers pour procéder à un toilettage des «services» américains.

Selon la même source, le président américain et ses collaborateurs discutent notamment d'un plan de réduction du personnel dans le quartier général de la CIA en Virginie et d'une augmentation du nombre de collaborateurs de la CIA à travers le monde. «L'équipe de Trump estime que la communauté du renseignement devient absolument politisée. Toutes les agences doivent être simplifiées», a indiqué une autre source au Wall Street Journal.

Cela a d’ailleurs conduit Donald Trump à cautionner la démarche de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks. Non seulement il avait applaudi lorsque les emails du parti démocrate avaient fuité dans la presse pendant la campagne, mais il a relayé mercredi sur son compte Twitter les affirmations d’Assange niant les accusations selon lesquelles il aurait obtenu ces emails du gouvernement russe.

A lire: Trump accuse Obama de ne pas assurer une transition «en douceur»