Après l’adoption par le Conseil de sécurité de l'Onu de la résolution contre la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens, le ministre israélien de la Défense s'en est pris à la France, appelant les Juifs à quitter ce pays, «qui n'est pas leur terre».

Avigdor Lieberman, ministre israélien de la Défense et chef du parti Yisrael Beitenu ("Notre maison Israël") n'a pas mâché ses mots au sujet de la France et de la communauté juive de France, après la résolution de l'Onu condamnant la colonisation israélienne et niant la souveraineté israélienne sur le Mur occidental et les autres fondations du Temple de Jérusalem. Après avoir dénoncé le sommet de Paris du 15 janvier où 70 pays seront invités au sujet de la paix entre Israël et les Palestiniens, il a déclaré : "C'est peut être aussi le moment de dire aux Juifs de France--ce n'est pas votre pays, ce n'est pas votre terre.

"Il n'y a qu'une différence entre ce qu'ils préparent à Paris [et l'affaire Dreyfus] : à l'époque il n'y avait qu'un Juif sur le banc des accusés ; maintenant il y a tout le peuple d'Israël et tout l'État d'Israël", a-t-il dénoncé. L'affaire Dreyfus est un des épisodes noirs de l'histoire de l'anti-sémitisme ; un officier d'artillerie français avait été accusé et condamné pour espionnage uniquement parce que juif, et l'affaire avait déchiré la société française. L'affaire avait motivé Theodor Herzl, fondateur du sionisme, à lancer son mouvement : il raisonnait que si même en France, premier pays d'Europe à avoir accordé l'égalité civique aux Juifs, un tel déchaînement d'anti-sémitisme pouvait avoir lieu, les Juifs ne seraient en sécurité nulle part sauf dans leur propre État.

La France a voté vendredi en faveur d'une résolution de l'Onu enjoignant Israël à mettre fin à la colonisation des territoires palestiniens occupés. L'ambassadrice de France a été convoquée au ministère israélien des Affaires étrangères après ce vote.

Notre interview avec Gilad Atzmon: 

"Le lobby israélien domine les affaires étrangères américaines, britanniques et françaises"