Les pèlerins sont de retour dans la ville natale de Jésus.A la gare routière de Bethléem, les bus en provenance de Jérusalem déchargent chaque jour des flots de pèlerins.

Russes, Italiens ou Espagnols, ils suivent leur guide d’un pas pressé, accordant à peine un regard poli aux commerçants palestiniens qui les apostrophent les mains chargées de crucifix en bois ou de sandales en cuir. Direction la basilique de la Nativité, sise à trois cents petits mètres de marche. Deux millions de touristes visitent chaque année cet édifice érigé au IVe siècle par l’empereur Constantin.

Réclamant la liberté de circulation pour les Palestiniens entre la Cisjordanie et Israël, les pères Noël ont reçu du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes de la part des soldats israéliens, qui eux auraient reçus des pierres.

Des manifestants palestiniens habillés en pères Noël ont affronté les forces armées israéliennes dans la ville de Bethléem le 23 décembre, lieu de la naissance du Christ selon la religion chrétienne. L'armée israélienne a eu recours à du gaz lacrymogène pour disperser le rassemblement.

Portant l'habit rouge reconnaissable, des barbes blanches et des keffiehs, les manifestants se dirigeaient vers un point de contrôle situé entre Bethléem et Jérusalem, afin de réclamer la liberté de circulation entre les deux villes. Ils arboraient des panneaux sur lesquels on pouvait lire les slogans «Le Père Noël soutient le peuple palestinien !» ou encore «Jésus est venu avec un message de paix, sa ville subit l'oppression».

A lire: Des soldats musulmans irakiens érigent le plus grand arbre de Noël en Irak en solidarité avec les chrétiens