François Fillon est désormais le grand favori pour le deuxième tour de la primaire de la droite. Son programme est plus conservateur que celui d'Alain Juppé. Il souhaite reculer l'age de départ à la retraite à 65 ans.

Contrairement à d'autres candidats de la primaire de la droite, François Fillon ne souhaite pas interdire le port de signes religieux dans l'espace public. "Je refuse une France où l'on ne pourrait plus porter une croix dans la rue, un t-shirt à l'effigie du pape, une kippa, un turban ou un voile !", a-t-il affirmé dans un entretien au Figaro. Sur l'Islam en particulier, François Fillon a été clair : "il n'y a pas de problème religieux en France. Il y a un problème lié à l'Islam". L'ancien Premier ministre souhaite ainsi une nouvelle structure plus efficace que le CFCM mis en place par Nicolas Sarkozy, "une instance de concertation entre l'Etat et l'Islam en France". Dans une interview donné à Atlantico, François Fillon a donné plus de détails : selon lui, le CFCM "n'a pas marché parce que la désignation de ses membres se fait sur un mode qui donne le contrôle de l'instance à des pays étrangers". La nouvelle structure devrait donc être dirigée par "des théologiens, des hommes et des femmes respectés qui puissent servir d'intermédiaire". Sur le financement du culte, François Fillon souhaite interdire les fonds étrangers mais sans recourir à de l'argent public, estimant que "les musulmans sont suffisamment nombreux en France pour financer leur culte".

Il était le premier ministre qui a inauguré une mosquée.

A lire: "Aucune religion n'est un problème" mais "le coeur du débat qui est posé à notre société, c'est l'islam" dit Emmanuel Macron