Après un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine, le nouveau président américain a parlé ce lundi de son souhait de nouer des «relations fortes et durables avec la Russie et avec le peuple russe».

C’est un premier pas vers le réchauffement des relations russo-américaines. Le président russe Vladimir Poutine et son futur homologue américain se sont entretenus pour la première fois par téléphone ce lundi depuis la victoire à la présidentielle de Donald Trump. Les deux superpuissances se sont mises d’accord pour "normaliser" leurs relations. Une annonce peu étonnante alors que la sympathie de Donald Trump envers Vladimir Poutine a été un des points de frictions de la campagne électorale, Hillary Clinton allant jusqu'à accuser son adversaire d'être la "marionnette" du Kremlin.

Lors de cet entretien, lancé à l'initiative de Vladimir Poutine selon les Américains, le chef de l'Etat russe s'est dit "prêt à nouer un dialogue avec la nouvelle administration sur un pied d'égalité, selon un principe de respect mutuel et sans que l'un interfère dans les affaires intérieures de l'autre". L’équipe du président-élu a de son côté confirmé le souhait de Donald Trump de nouer des "relations fortes et durables avec la Russie et avec le peuple russe".

À New York, l'équipe proche du président élu a parlé du souhait de Donald Trump de nouer des «relations fortes et durables avec la Russie et avec le peuple russe».

IIs ont discuté d'un «éventail de questions, notamment les menaces et les défis auxquels font face les États-Unis et la Russie, les problèmes économiques stratégiques et les relations historiques entre les États-Unis et la Russie qui ont débuté il y a 200 ans».

Les relations entre la Russie et les États-Unis sont à un niveau historiquement bas depuis la fin de la Guerre froide en 1991 en raison notamment de leur opposition sur le conflit syrien et la crise ukrainienne.

A lire: "Après cette élection, tout est désormais possible. Un monde s'effondre devant nos yeux. Un vertige" dit l'ambassadeur de France aux États-Unis